• Cloud Gaming

rtx3080 logo

Une RTX 3080 dans les nuages

 

Le Cloud Gaming, késako ? Le principe est simple, l'exécution du jeu n'est plus réalisée en "local" sur le terminal qui utilise le service, puisque ce dernier se contente de diffuser le contenu, mais sur un serveur distant. En découle un besoin très différent en local : le terminal n'a pas besoin d'être un monstre de puissance, il doit juste être capable de décoder et diffuser de la vidéo en provenance d'internet avec un débit et une latence adaptés. Ainsi, on peut théoriquement utiliser un tel service via un traditionnel PC (quel que soit le système d'exploitation) ou Mac, y compris en n'utilisant que l'IGP de son processeur, mais aussi via une  tablette, une TV connectée, voir un téléphone portable. Plusieurs offres concurrentes existent, on peut les séparer en deux catégories principales :

  • Les offres comprenant l'accès au service et aux jeux
    • Microsoft XBox Game Pass Ultimate (Xbox Cloud Gaming)
    • Sony Playstation Now
    • Amazon Luna (accès anticipé réservé aux USA pour l'heure) 
  • Les offres comprenant l'accès au service uniquement
    • Google Stadia
    • Nvidia GeForce Now
    • Shadow (Cloud Computing ne se limitant pas au seul jeu vidéo)

 

Les tarifs varient selon les offres et prestations, l'objet de ce dossier n'est pas de comparer ces solutions entre elles, mais de nous attacher à évaluer celle qui pourrait palier à l'absence de cartes graphiques performantes à tarif raisonnable durant la période actuelle. En pratique, 2 solutions pourraient potentiellement convenir : Shadow et GeForce Now, toutefois la première est pour l'heure limitée à une offre à base de GTX 1080, mais devrait dans le futur proposer une version RTX 3000. Un mot également sur Stadia, si nous l'avons placée dans la même catégorie que GFN et Shadow, elle s'en différencie toutefois par un point fondamental : les jeux utilisables ne peuvent provenir que du catalogue Stadia, impossible donc d'utiliser ceux de votre bibliothèque Steam ou Epyc par exemple. Voilà pour la mise en contexte de ce dossier, penchons nous à présent sur l'offre GeForce Now du caméléon.

 

 

• GeForce Now

L'accès au service peut se faire via n'importe quel terminal disposant d'un navigateur récent et de capacité de décodage vidéo adaptée, ouvrant la voie à de nombreux smartphones et tablettes. C'est bien entendu également le cas des PC et Mac, bien que ces derniers disposent d'applications natives à privilégier, tout comme les terminaux Android et Android TV. Parmi ces derniers, la Shield TV permet donc d'accéder au service par le biais de son application Nvidia Games. 

 

terminaux

Une multitude d'accès possibles

 

3 propositions tarifaires différentes sont ensuite proposées. D'une part, une offre gratuite. Cette dernière est ainsi accessible à tous sans débourser le moindre centime, mais elle est en contrepartie fortement limitée. L'accès au service est ainsi conditionné à une file d'attente, qui peut varier entre quelques instants et une bonne heure, selon l'occupation des serveurs. Qui plus est, l'utilisation est limitée à 1 heure maximum avant d'être déconnecté et de devoir repasser par l'étape liste d'attente. Ajoutons à cela que les réglages in game ne sont pas sauvegardés. Du côté des prestations, on a le droit à du 1080p 60 i/s au maximum, mais sans Ray Tracing. On retrouve donc une prestation qui correspondrait plus ou moins à une gamme de GPU du style GTX 1070/1080, idéal pour tester le service avant toute souscription, mais avec les fortes limitations précitées.

 

D'autre part, l'offre prioritaire à 9.99 € par mois ou 49,99 € pour 6 mois, permettant d'économiser une dizaine d'euros sur la durée. On oublie cette fois la liste d'attente, les sessions de jeux avant déconnexion sont portées à 6 heures et si on est toujours limité au 1080p 60 i/s, le Ray Tracing est cette fois possible avec les jeux le supportant. On peut donc considérer que l'on passe cette fois à une gamme de cartes équivalentes aux RTX 2070/2080. Enfin, la dernière option porte la dénomination RTX 3080, ne laissant donc aucun doute sur la gamme de cartes proposées en équivalence. Le tarif double à 19,99 € par mois ou 99,99 € pour 6 mois. Le 1440p jusqu'à 120 i/s est cette fois accessible sur PC et Mac, on peut même atteindre l'UHD à 60 i/s et en HDR, mais exclusivement sur Shield TV. En sus, les sessions de jeu sont possibles jusqu'à 8 heures consécutives, et la latence est réduite du fait de l'usage d'une infrastructure serveur dédiée, à base de SuperPOD du caméléon.

 

SuperPOD [cliquer pour agrandir]

Le coeur battant de l'offre RTX 3080 de GeForce Now

 

Avant d'aborder la mise en œuvre de la chose, parlons des points qui fâchent. Le premier est bien entendu la qualité de la connexion, puisque sans cette dernière, il est illusoire d'imaginer pouvoir mettre en œuvre une solution de Cloud Gaming convaincante. La connexion par fibre est bien entendu à privilégier, on peut toutefois envisager la chose également avec une très solide connexion câble, VDSL2 ou même 4G/5G (attention à la consommation de données toutefois).

 

Le second point d'attention se situe au niveau du support des jeux. En effet, malgré le fait qu'il ne s'agisse ici que d'une solution de virtualisation d'une configuration pour joueur dans le Cloud, certains éditeurs ont trouvé à y redire et interdisent ainsi l'accès à leurs jeux via la solution de Nvidia (comme par exemple le récent Elden Ring). Ils invoquent pour cela le contrat de licence, car oui vous payez une licence d'accès à un logiciel et non la propriété de ce dernier, même si la raison sous-jacente est bien entendu financière (partenariat avec untel, etc.). Pas glop donc, même si certains éditeurs qui avaient fait valoir ce droit au lancement du service, font à présent machine arrière, comme EA, revenant par petits pas.

  

Quoi qu'il en soit, il faudra donc prendre le temps de vérifier si les jeux en votre possession sont bien éligibles à une utilisation via GeForce Now. Ils sont pour l'heure plus de 1 100, la liste actualisée tous les jeudi, étant disponible ici. Une fois ces divers points éclaircis, il est temps de voir un peu plus en détail ce que propose Nvidia avec son offre GeForce Now RTX 3080. Nous avons décidé de tester le service en nous appuyant sur 3 configurations différentes.

  • PC en utilisant un CPU Alder Lake et son IGP. Nous ajoutons ensuite une RTX 3080 pour comparer les prestations locales et distantes (connexion Ethernet Gigabit)
  • MacBook Air M1 (Connexion Wi-Fi 6)
  • Shield TV Pro (connexion Ethernet Gigabit)

Ces trois options permettrons ainsi  de simuler différentes situations envisageables avec la souscription au service GeForce Now RTX 3080, et ce par le biais d'une offre Orange fibre 2 Gbit/s (600 Mbit/s en upload).

 

gfn



Les 17 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !