• Pour conclusationner

Et bien voilà, c'est terminé, nous en savons plus sur le Q6600 en 2013. Ça tient globalement encore la route, mais il y a des cas où ça grince des dents. Les jeux tout d'abord sont dépendants du CPU....dans la mesure où le GPU ne limite pas comme on a pu le voir sur Crysis Warhead. Par contre dans les autres cas, le Q6600 accuse son âge, l'overclocker allègrement l'aide à passer les mois, mais jusqu'à quand ?

 

Un gamer qui possèderait une carte de la série GTX 660 et supérieur ou HD 7870 et supérieur se doit de savoir qu'elle sera bridée  dans les jeux, de légèrement à beaucoup selon les moteurs 3D, mais la tendance ne peut pas aller à l'avantage du Q6600. Si de plus vous faites un peu d'applicatif, les CPU actuels comme les FX-8350 ou les Sandy/Ivy 4c/8t feront très mal à ce dernier, le gain pouvant aller du simple à plus du double. On dit souvent que les 2600K ou 3770K sont hors de prix, pourtant à son heure de gloire, c'était le tarif du Q6600. On peut voir qu'aujourd'hui techniquement il ne suit plus vraiment, bride en 3D, ne bénéficie pas des instructions modernes et prises en charge. L'offre de CPU en ce début 2013 est déjà pléthorique, elle creusera encore plus l'écart avec Haswell.

 

bouhouhohuou

Nous n'avons pas abordé la consommation énergétique dans cet article parce que d'une part elle est traitée par Éric dans les dossiers CPU, le dernier en date étant consultable sur ce lien, et d'autre part parce qu'il est clair que malgré son TDP de 95W en version G0, la gravure 65nm et l'architecture interne constituée de 2 puces Conroe disposée sur le même support, le Q6600 ne peut lutter. Quand on analyse cela à l'échelle de la configuration, le Q6600 ne gère pas grand-chose en lui-même, les contrôleurs PCIe et mémoire passent par le chipset, lui même assez énergivore par rapport à une configuration moderne à une seule puce.

 

Alors concrètement qu'est-ce qu'il faut faire quand on possède ce CPU ? Eh bien nous serions tentés de vous dire "ce que vous voulez", mais si cet article met en avant des carences de performances du Q6600 face à un 2600K, lui-même en retrait face à un 3770K, cela ne suffit pas pour justifier son remplacement immédiat. Le coût de la plateforme Intel LGA1155 est tout sauf anecdotique, mais surtout à quelques encablures d'Haswell, il serait opportun d'attendre. Quand on a conservé un tel CPU tant d'années, on peut attendre 5 mois de plus !

 

Il y a également le facteur investissement sur le long terme, ce concept semble désuet à certains qui renouvellent souvent leur machine, mais qui est l'élément capital de celui qui a acheté un Q6600 en son temps et qui se l'est gardé 6 ans sans jamais être vraiment gêné par ce choix. Quand bien même il arrive en fin de course en 2013, il est loin d'être nase pour un usage quotidien. Du coup attendre Haswell, en sachant qu'il n'y aura pas ou très peu d'affaires à faire sur Ivy, reste la solution idéale. Car il ne fait aucun doute qu'un 3770K et encore plus un Haswell de même gamme seront pérennes un bon paquet d'années également.

 

Au final il y a deux écoles, celui qui joue, ou qui encode, conscient des limites de son CPU, mais qui attend 2014 pour changer de carte graphique et donc de PC, et celui qui en a vraiment marre, qui a investi dans une GK104/106 ou Pitcairn/Tahiti, et qui veut optimiser cet investissement, et donc qui voudra changer de plateforme. Á celui-là, comme à celui d'avant, on lui conseille d'attendre ! Quant à la notion de plaisir de changement, nous ne pouvons pas lutter face à l'homme pressé !

 


gigabyte_40.pngcorsair_40.pngintel_40.pngnoctua_40.pngtt_40.pngnvidia_40.png

Nous remercions tout naturellement les différents partenaires pour la mise à disposition du matériel



Les 165 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !