• Protocole

Afin de compléter la configuration, nous avons installé un processeur Intel Core i5 8600K dont le TDP est de 95W histoire de pousser à bout le système de refroidissement. Nous utilisons ensuite 2x8Go de Corsair Vengeance LED PC4-25600 (3200MHz), ainsi qu'une GTX 760 Gaming ITX de chez MSI et nous voilà parés à torturer la bête.

 

prot intel i5 gen8 prot corsair vengeance led ddr4prot msi gtx760 itx

 

Nous vous proposons deux séries de mesures. La première en utilisant le boîtier avec la cage de stockage et l'affichage confié à l'iGPU de du Core i5 8600K, la seconde sans la cage de stockage et l'affichage confié à la MSI GTX 760 ITX. Pour faire chauffer le boîtier, nous nous tournons vers ce bon vieux OCCT en version 4.5.1 qui tournera une heure en mode "alimentation". Les températures seront relevées à l'aide de Core Temps 1.13 pour le processeur et GPU-Z 2.16.0 pour la carte graphique. Nous effectuons ensuite un relevé des nuisances sonores générées par le boîtier, processeur et iGPU dans un premier temps et ensuite processeur et carte graphique dédiée. La mesure des niveaux de nuisances sonores est effectuée à 12V, 9V et 7V (GPU à 75%, 50% et 25%) étant donné que Speedfan ne fonctionne pas sur ce modèle. Voilà ce qui en ressort :

 

 

Il fait chaud ! Et le système de refroidissement est mis à contribution pour garder une température décente à l'intérieur. Dans un premier temps l'affichage est confié à l'iGPU Intel. Nous avons gardé le barebone dans sa configuration complète, support de stockage plein et en place. L'ensemble CPU est iGPU chauffe uniformément. La température est élevée sur notre i5 avec un Delta d'un peu plus de 53°C et 2°C de plus pour la partie graphique.

 

Lorsque l'affichage est confié à notre carte graphique, la température grimpe encore dans le châssis. Le processeur prend 2°C supplémentaires dans ces conditions et notre carte graphique à besoin de souffler fort pour conserver une température viable. Le système de refroidissement du processeur est lui aussi très sollicité et ne pourra pas être régulé sous peine de plantage.

 

L'intérieur au repos [cliquer pour agrandir]Après 30min de charge [cliquer pour agrandir]

Vues infrarouge lors de la période de charge (CPU et iGPU)

 

Pour cette partie, nous opérons boîtier ouvert. Comme le montre notre relevé thermique, l'essentiel de la chaleur reste concentré sur la partie haute du socket, autour des VRM. L'aération est moins optimale dans ce secteur puisque d'une part l'électronique dispose d'un radiateur de mauvaise qualité et d'autre part la connectique superflue trouvera obligatoirement sa place au-dessus de cet espace faute de pouvoir faire mieux. Le dissipateur du processeur, lui, remplit convenablement son rôle tant que l'on restera sous sa limite de compétence. Du reste, l'imagerie thermique nous permet de révéler un léger point de chauffe au niveau de la sortie d'alimentation (en haut sur notre image), ainsi qu'au niveau du SSD M.2 (en bas cette fois).

 

 

Les nuisances sonores générées par ce modèle sont assez élevées comme vous pouvez le voir. À pleine vitesse, le seuil de tolérance sera largement dépassé avec plus de 50 dB relevés. Le processeur seul génèrera un peu moins de 53 dB, tandis qu'on se rapprochera des 55 dB avec une carte graphique en plus. Au repos total, le SH370R6 Plus reste audible puisqu'il dépasse les 35 dB dans les deux cas proposés, avec une pointe à près de 37 dB GPU au repos également. Le palier de régulation intermédiaire rendra le boîtier un poil plus discret, mais toujours audible. En bref, il faudra composer avec un appareil bruyant en charge et qui ne se laisse pas oublier même au repos.

 

• Le mot de la fin

S'il est vrai qu'un barebone permet de créer une machine compacte, parfois puissante, sans avoir à se casser la tête à choisir les éléments de base d'un PC (boîtier, alimentation, carte mère), cela ne se fera pas sans concession(s) ni quelques contraintes : la place manque dans le Shuttle XPC Cube SH370R6 Plus, c'est un fait, et il faudra composer pour trouver la bonne carte graphique si vous avez besoin d'un GPU. Dans le modèle qui nous intéresse, une carte graphique trop large (plus de 98 mm) nous obligera à retirer le support de stockage par exemple. Le système de refroidissement est tout juste assez dimensionné et il trouvera sa limite avec un processeur de 95W lors de sollicitations extrêmes. Préférez plutôt un TDP plus modéré afin d'en garder sous le pied si vous souhaitez utiliser intensivement votre machine, vous serez là davantage dans son cadre d'usage Concernant le stockage, le support dispose nativement de deux emplacements 3,5", qui peuvent accueillir des modèles plus petits via un adaptateur optionnel disponible chez Shuttle ou livré généralement en bundle avec certains SSD. Notre modèle dispose toujours d'un emplacement 5,25" pour un bon vieux lecteur optique si vous êtes fan de galettes en polycarbonate -idéal pour un usage multimédia- et l'emplacement 3.5" externe peut également héberger des baies à la Icy Dock permettant d'augmenter significativement les options de stockage.

En ce qui concerne l'équipement, le modèle testé aujourd'hui est bien fourni avec d'une part un bloc d'alimentation de 500W certifiée 80+ Silver et d'autre part de l'USB 3.0 à foison (six ports dont quatre à la norme 3.1 Gen 2), deux ports USB 2.0, du DisplayPort, de l'HDMI et à l'intérieur un port M.2 2280 et un second M.2 2230, en plus des quatre ports SATA 6Gbps compatibles RAID. Il ne manque que le module WiFi de série pour être complet.

Avant de terminer, nous émettrons une réserve sur la qualité de fabrication. Nous pensons que celle-ci est largement perfectible. Le châssis est laissé brut, les arêtes sont saillantes et la finition peut être facilement revue à la hausse sans toutefois viser le haut de gamme qui n'est clairement pas la cible.

Et le prix dans tout ça ? Il faudra compter environ 330 € pour faire l'acquisition du squelette de base équipé du bloc de 500W (contre 300€ avec le bloc standard). À cela s'ajoute le processeur, la mémoire, le stockage et une carte graphique si besoin. Au final, qu'en pensons-nous ? Ce type d'appareil est bien pour l'utilisateur qui souhaite s'épargner des heures de recherches et qui s'oriente vers un boîtier ultra compact capable d'accueillir des composants de son choix. Format oblige, il faudra garder en tête les contraintes de place imposées par le support interne et la ventilation qui se laissera déborder par un processeur surdimensionné. Quant au tarif, si vous ne comptez pas installer de carte graphique, préférez lui le modèle standard affiché 30 € de moins.

 


corsair 40 noctua_40 intel_40.png

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition du matériel de test.

 

 



Les 8 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !