COMPTOIR

Oups, comme dirait l'autre ! En effet, Western Digital et Kioxia (anciennement Toshiba Memory Corporation) se sont chacun de leur côté fendu d'un communiqué pour déclarer qu'il y a eu un incident dans leurs usines communes à Yokkaichi et Kiakami. Le premier site est constitué de 6 usines pour un total de 694 000 m² et 6300 employés. Plus méconnu et un peu moins grand, le second complexe comprend également plusieurs usines et c'est là-bas qu'est actuellement construite la nouvelle usine K2 de Kioxia, avec 136 000 m² et un début des opérations en 2024. Alors que s'est-il passé ? Eh bien les usines des deux complexes ont apparemment dû cesser toute production à cause d'une contamination !

 

Comment et pourquoi, ça, on ne le sait pas. Contamination de l'eau, peut-être ? Kioxia et Western Digital n'en ont absolument rien dit et n'ont pas souhaité donner plus de détails, ni même une date précise de remise en marche de la production, seulement qu'ils espèrent pouvoir la relancer le plus tôt possible... Les deux ont tout de même confirmé que la production affectée fut celle de NAND 3D BiCS, celles que les deux entreprises utilisent pour leurs SSD et d'autres produits. Kioxia n'a pas quantifié les dégâts, tandis que Western Digital affirme que l'incident réduira d'au moins 6,5 exaoctets la disponibilité de NAND, ce qui ne serait pas rien !

À titre indicatif, les SSD mainstream et pros vendus en 2021 ont représenté une capacité totale de 207 exaoctets, partagés entre un peu plus de 333 millions de SSD selon TrendForce, dont 8,5 % livrés par Kioxia et 15,4 % par WD. Tout ça pour dire que cet incident pourrait avoir un impact sur le marché, et ce sur plusieurs mois, d'autant plus que le cycle de production de la NAND 3D est plutôt long (environ 2 à 3 mois).

 

Néanmoins, il reste à voir si cela aura réellement une conséquence sur les prix actuellement en berne des SSD, étant donné qu'il reste toujours beaucoup de NAND dans les inventaires. Il n'est pas à écarter non plus que Kioxia et WD puissent avoir quelque peu surestimé l'impact de l'incident pour se couvrir. Enfin, on pourrait également comprendre du communiqué de WD que c'est avant tout leur capacité à produire qui fut affectée, plutôt qu'une perte sèche de wafers existants. Ce point-là n'est pas vraiment très clair.

Bon, on a beau faire tous les efforts du monde pour ne pas tremper dans le complotisme, il faut tout de même préciser que ce n'est pas le premier incident dans ces usines de Kioxia/WD et il semble comme toujours tomber à pic (comme par hasard, hein !). C'est à en s'interroger sur leur gestion... En 2019, c'est une coupure de courant qui avait causé la perte de 6 exaoctets de NAND dans le complexe de Yokkaichi... Dans ce cas, le retour à la normale avait nécessité environ 1 mois et l'impact fut relativement négligeable dans le commerce. Cela dit, les incidents de contamination ne sont guère des premières non plus, Samsung et TSMC aussi en avaient déjà fait les frais tour à tour en 2019. (Source : Kioxia, WD, Tom's)

 

usine kioxia wd japon

Un poil avant ?

Un PCB NVIDIA en vadrouille sur le site de l'EEC

Un peu plus tard ...

Taiwan apprécie le "Chips Act", mais TSMC se tâte encore...

L'histoire ne se répète peut-être pas, mais elle bégaye tout de même beaucoup, surtout dans l'industrie du semiconducteur...

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 14 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !