Quand on est un hardcore du libre, il n'y a pas trop le choix : le matériel le plus ouvert qui soit est le Raspberry Pi, mais la petite framboise a néanmoins bon nombre de composants sous licence, à commencer par le CPU ARM dont l'agencement interne n'est pas public. Régulièrement, nous vous parlons du RISC-V, un jeu d'instruction libre de droits, mais cela ne garantit pas la liberté de design - au mieux, celle d'un simulateur ou du RTL correspondant à un cœur unique, dans le but d'une émulation sur FPGA.

 

En parlant de RTL justement - une description très bas niveau du circuit logique dans un langage type VHDL ou Verilog - à l'occasion de l'OCP (Open Compute Project), des grands noms des nouvelles technologies se sont mis à libérer des designs RTL. Parmi eux, on trouve Microsoft (pour une histoire de compression de données), et une promesse d'Intel concernant des puces à vocation sécurisante.

 

openhardware.org logo

OpenHardware, une autre initiative visant à promouvoir le matériel libre.

 

La fondation OCP a été créée par Facebook en 2011, mais n'a pas eu un succès retentissant - les aboutissements libres étant de l'ordre de la dizaine, essentiellement pour les serveurs (switchs ou cartes d’extension). Pourtant, l'open source a l'avantage de standardiser les connexions et d'encourager la modularité ("il vaut mieux une pièce de chez nous et deux du voisin que tout chez le voisin"), des arguments auxquels le secteur pro est sensible. Pour un futur à moyen terme ? (Source : EETimes)


Un poil avant ?

Optane en barrettes, ça va vite ?

Un peu plus tard ...

Gamotron • Ça remasterise sec !

Les 8 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !