Quand GloFlo fait dans le troll, la firme n'y va pas avec le dos de la cuillère : avec pas moins de 16 brevets considérés comme violés, les anciennes fonderies d'AMD ont organisé un coup très risqué dans le domaine, faute de succès industriel. Comme attendu, TSMC a répliqué par un communiqué démentant la chose, confirmant ainsi le déterrage de la hache de guerre dans ce domaine.

 

Si tout cela semble mouvementé, il faut pondérer par le poids financier des démarches à accomplir... Mais pas seulement. En effet, comme à chaque fois qu'un drame de cet acabit se produit, les investisseurs et autres clients cherchent des alternatives afin de sécuriser respectivement leurs investissements et approvisionnements. Entre les taxations américaines sur les imports chinois et une récente loi limitant le commerce entre le Japon et la Corée du Sud concernant certains composés chimiques nécessaires à la fabrication de bidules électronique - le fluorure d'hydrogène et les polyimides fluorés entre autres - les dents n'ont pas fini de grincer.

 

D'autant plus que les technologies incriminées sont à la fois suffisamment techniques pour être inconnues des juges saisis pour l'affaire - au contraire des arguments "nous avons versé des milliards de dollars dans votre pays pour y produire" - mais également suffisamment vagues pour être génériques au point de concerner à peu près tous les types de gravures actuelles. Un analyste spécialisé dans le milieu, Mike Demler de chez The Linley Group, est d'ailleurs persuadé que ces procédés font partie d'un savoir commun, toutes les fonderies effectuant de toute manière des suites d'opérations extrêmement similaires. D'où un avis très tranché : l'argent sera juste perdu dans la poche des avocats.

 

Et il est difficile de lui donner tort. Dans ces affaires jouant sur des durées de l'ordre des années, il est monnaie courante de répondre par une autre procédure légale en faisant jouer d'autres brevets possédés par l'accusé - et TSMC n'en manque absolument pas - afin de régler les comptes en dehors de la justice contre de bons chèques bien gras. L'enjeu est tel qu'une victoire de GloFlo transfigurerait totalement le paysage de l'industrie des semi-conducteurs, alors même que les investissements requis pour le développement des UV profonds sont toujours plus hauts, pour des gains au mieux conservant les tendances. Pas vraiment de quoi se réjouir, en somme, à moins d'avoir un job dans le légal... (Source : EETimes)

 

gloflo casse cdh

Si seulement !

 Se lancer en justice serait au détriment du dynamisme général ? Voilà qui fait du sens, au grand dam des consommateurs. 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 3 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !