Ce n'est même plus un secret de polichinelle, les géants du web raffolent des données personnelles sur leurs utilisateurs, quittent à les fliquer d'un peu trop près comme ce fut le cas pour la dixième itération du système d'exploitation phare de la Raymonde. Le vent tourne et aujourd'hui ce n'est pas de Microsoft dont il est question mais de Facebook, car le géant bleu a eu pour très bonne idée de surveiller les internautes via les pouces bleus signalant le nombre d'utilisateurs ayant liké tel ou tel contenu, et par le biais de pixels invisibles.

 

Cela peut sembler habituel voir anodin, mais ce flicage est généralisé : où que vous soyez, et surtout même si vous n'êtes pas membre du réseau (et donc qu'aucun contrat ne vous lie), Facebook peut suivre votre activité. L'affaire s'est retrouvée devant la justice belge, qui, fort de son pays de plus de 12 millions d'habitants (faute des Etats-Unis, on mangera une fricadelle) et c'est le consommateur-produit qui a obtenu raison : la firme américaine a été en effet condamnée à détruire les données ainsi collectées, sous peine de verser une amende journalière de 250 000 euros (avec un plafond à 100 millions d'euros tout de même).

 

facebook

 

Il est toujours triste de voir de telles nouvelles, qui sont davantage des traitements symptomatiques que de la racine du problème : la collection souvent opaque des données personnelles, ainsi que la non-communication de leur usage. La société a déjà annoncé faire appel de la décision ; gageons que ce cas fasse jurisprudence contre les appétits un peu trop voraces de ces nouveaux géants ! (Source : Demogorgon DeMorgen)

 Une victoire pour la liberté des données et l'annonymat pour internet, mais est-ce suffisant ? 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 14 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !