In Win est visiblement capable de tout, mais de la "tour" alien Z-Frame à 10 000 boules au C200 venu aujourd’hui nous rendre visite tout droit des années 2000, il y a quand même tout un monde ! Ça fait un peu mal quand la première chose affichée sur le site du constructeur est "Innovation", mais il est vrai qu'il en faut pour tout le monde, et certains apprécieront peut-être ce bref retour aux sources.

 

inwin c200 front

 Frankenboitier !

 

Par "source", nous sous-entendons bien entendu la présence de deux superbes baies 5,25" (peut-on parler d’innovation quand plus personne ne le fait ?) en façade et l’usage de l’espace à l’avant du boîtier — généralement vide sur les boîtiers contemporains — pour y intégrer plusieurs racks 3,5". Il faut reconnaître que ces caractéristiques ont au moins deux mérites : proposer une capacité de stockage relativement rare pour un boîtier de ce gabarit, avec 6 supports 2,5/3,5" et 2 emplacements SSD.

En sus, outre permettre l’installation d’un bon vieux lecteur/graveur, pour ses baies 5,25" In Win propose aussi en option un rack hot-swap pour 3 disques 2,5/3,5" (à acheter séparément, tout comme le riser PCIe) - soit potentiellement 9 disques durs en tout, pas mal pour un boîtier ATX moyen tour  mesurant 518,5 x 230 x 470 mm.

 

Le reste des caractéristiques est particulièrement ordinaire, tout hardware mainstream y trouvera sa place, ou presque, que ce soit une mobale E-ATX, un NH-D15 ou ce GPU de 40 cm qui n’existe pas encore. Pour ventiler tout ça, rien de plus normal : un 120 mm à l’arrière, deux 120/140 mm à l’avant (filtré) et deux autres 120 mm sur le dessus, et visiblement très peu d’options pour un AIO — InWin n’en parle d’ailleurs pratiquement pas, une première !

 

inwin c200 inside

 

Vu de l’extérieur, le C200 cache bien son "jeu" en affichant un mélimélo de vieux plastique ABS d’antan et d’aluminium brossé un pwàl plus moderne, et une sorte de protubérance sur la partie supérieure en deux morceaux également. On ne parlera pas de bon gout ni de coup de foudre pour ce qui aurait certainement presque pu être un poisson. Par contre, dans sa capacité infinie à souffler le chaud et le froid, In Win a pensé à mettre de l’USB 3.1 Gen2 (on insiste bien sur le "2" !) Type-C en façade, avec deux autres vieux ports USB 3.0, mais c’est une chose — hélas — toujours encore un peu trop rare !

 

Voilà, difficile de formuler une opinion définitive au sujet du C200, peu flatteur de son physique, vieux design et vieux look (et pas sûr que GIGABYTE apprécie l'emprunt du nom de l'un de ses boîtiers), mais il y aurait tout de même de quoi être potentiellement convaincu par le potentiel de stockage de la tour et la présence de baies 5,25", qui semblent toujours manquer à certains. À vous de juger si ces deux particularités (avantages ?) valent vraiment 89,90 €...

 


Un poil avant ?

Une Surface Ice Lake de plus ?

Un peu plus tard ...

Singularity Computer : le luxe watercoolé a un nouveau nom !

Les 15 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !