COMPTOIR
  

Déjà du retard pour la gigafab allemande d'Intel ?

Pas de bol pour l'Europe et son ambition de renouer avec 20 % de la production de semiconducteur d'ici 2030, alors que les choses semblent pour l'instant bien parties et assez prometteuses (surtout sur le papier, hein) outre-Atlantique, une mauvaise nouvelle vient boucler cette année 2022 du côté du fondeur américain et son projet de construction d'une gigafab en Allemagne, destinée à être le futur hub du projet Silicon Junction.

L'investissement - le plus grand de tous ceux annoncés pour le semiconducteur en Europe - initial visant à étendre fortement la présence d'Intel avait été annoncé en mars dernier et représentait alors une dépense (partagée entre Intel, l'Europe et ses membres, bien entendu) de 80 milliards de dollars, dont 33,5 milliards rien que pour les moyens de production, en sachant que l'usine en question devait couter à elle seule 18 milliards de $ (17 milliards d'euros). Mais ça, c'était avant.

 

intel leap ahead cdh

 

En effet, il se trouve que son coût aurait désormais grimpé à 20 milliards d'euros ! Par conséquent, alors que les travaux étaient censés démarrer mi-2023, il n'y aurait actuellement plus de date pour le début de l'opération, Intel aurait appuyé sur le bouton « pause » en attendant d'arriver à convaincre le gouvernement allemand de faire preuve de plus de générosité en matière de subventions...

Intel n'a pas encore officiellement parlé d'un délai, mais le fondeur a communiqué avant-hier pour expliquer que « beaucoup a changé » depuis l'annonce de son projet, citant la croissance des défis géopolitiques, la très forte chute de la demande en semiconducteur, ou encore le chamboulement économique majeur au niveau mondial provoqué par l'inflation et la récession. Dans ce contexte, la compagnie préfère jouer la prudence et rythmer ses investissements en fonction du marché, en attendant une reprise en principe quasi certaine - selon le fondeur - de la croissance, mais impossible à prédire. Des affirmations qui collent en fait assez bien avec ce qui avait été dit lors de l'annonce des résultats mitigés du troisième trimestre, où la volonté de réduire les dépenses en capital et de progresser en fonction des besoins du marché avait clairement été exprimée.

 

Bref, il semblerait bien que l'Europe doive mettre davantage la main à la poche si elle veut que les travaux reprennent et avoir une chance de renouer avec une certaine compétitivité... (Source)

Un poil avant ?

Gamotron • Bilan 2022 (1/2) : petits jeux

Un peu plus tard ...

Y-aura-t-il de la RX 7900 chez MSI ?

Les 24 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !