Après avoir dans un premier temps évolué (non sans mal) de son statut de développeur de jeu et de moteur de jeu vers propriétaire de son propre store en 2019, EPIC Games passe à l’étape suivante de son existence en s’octroyant désormais le titre d’éditeur de jeu vidéo !

En effet, la compagnie vient d’annoncer la signature d’un contrat d’édition pour les futures publications de 3 studios : Remedy Entertainement, Gen Design et PLAYDEAD. Le premier est aujourd’hui bien reconnu avant tout pour ses excellents titres Quantum Break (2016) et Control (2019) ; Gen Design est réputé tout particulièrement pour son exclusivité PS4 The Last Guardian ; plus modeste, le danois PLAYDEAD est l’auteur des titres Limbo (2010) et Inside (2016), qui n’ont toutefois pas démérité non plus.

 

 

Positionné dès le lancement de sa plateforme de vente en faveur des revenus des développeurs, EPIC Games — l’éditeur — se vante d’avoir signé des contrats avec des termes dont l’entreprise elle-même en aurait rêvé à son époque de créateur de jeu lors de ses propres recherches d’une maison d’édition. Par exemple, EPIC Games explique qu’il prendra notamment en charge 100 % des coûts de développement des futurs jeux des trois signataires ci-dessus et leur laissera ensuite 50 % des bénéfices réels après avoir amorti les coûts de développement.

Toutefois, le détail le plus important ici est qu’EPIC Games garantira aux studios/développeurs le maintien de la propriété de leurs propres licences, c’est-à-dire que ceux-ci n’auront pas à les céder à l’éditeur comme c’est souvent le cas ailleurs. Cela permettrait peut-être enfin d’éviter qu’une licence se retrouve enfermée définitivement entre les mains d’un seul éditeur tout-puissant et donc soumis exclusivement à son bon vouloir, et dont les visions et objectifs ne sont pas toujours bien alignés avec ceux d’un studio (RIP Mass Effect, snif).

 

Enfin, tout ça, c’est sur le papier, à voir comment les choses se dérouleront en pratique et si la formule d’EPIC - cherchant visiblement encore une fois à se positionner en trouble-fête de l’industrie - sera en mesure de convaincre d’autres studios, mais aussi les joueurs ! En attendant, dans le cas de Remedy Entertainement, l’accord implique au moins les deux prochains titres AAA multiplateformes du studio, ainsi qu’un troisième titre mineur.

 

epic games store logo


Un poil avant ?

HPE encore obligé de corriger un bug qui suicide des SSD...

Un peu plus tard ...

AMD piraté, Navi se baladerait dans la nature

 Ça bouge encore chez EPIC Games. Non content d'avoir son propre store depuis 2019, EPIC veut maintenant aussi le rôle d'éditeur !  

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 22 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !