COMPTOIR

Après l'Inde, l'Europe, les USA, la Chine, le Japon, voici que le Canada aussi met en avant sa volonté de se tailler une nouvelle place dans l'industrie du semiconducteur de demain ! Initialement, ce sont 240 millions de dollars canadiens (172,4 millions d'euros environ) que le gouvernement va mettre sur la table dans le cadre de son « Semiconductor Challenge Callout » ! On est évidemment loin, très loin des sommes avancées dans les autres régions du monde, mais le travail envisagé par le Canada pourrait toutefois être complémentaire aux projets majeurs menés ailleurs, notamment ceux chez son voisin.

De cette (petite) somme, 90 millions de CAD iront dans les poches du CPFC - Canadian Photonics Fabrication Centre ou Centre canadien de fabrication de la photonique - afin de mettre à jour l'équipement de l'installation. Le travail du CPFC consiste à concevoir et fabriquer des produits photoniques, principalement sous la forme de prototypes. Le reste de la bourse sera distribué via le fond pour l'innovation stratégique (Strategic Innovation Fund). 

 

Voici ce que François-Philippe Champagne, ministre canadien du ministère de l'innovation, de la science et de l'industrie avait à dire en cette occasion (texte traduit) : 

 

En investissant dans l'industrie canadienne des semi-conducteurs, nous prenons un engagement ferme envers les entreprises qui cherchent à investir au Canada. Qu'il s'agisse de fabrication de grande valeur ou à grande échelle, nous voulons que le Canada abrite les principaux fabricants mondiaux de semi-conducteurs. »

 

On ne sait pas encore quelles seraient les compagnies intéressées par cette nouvelle initiative canadienne, mais le gouvernement chercherait avant tout à attirer l'attention d'un panel assez large de compagnies opérant dans le semiconducteur, particulièrement pour le packaging avancé de puces, comme l'intégration 2.5D et 3D, ou encore la production de capteurs MEMS (microsystèmes électromécaniques). Enfin, le programme cherchera aussi à encourager la recherche sur les semiconducteurs composés, c'est-à-dire combinant plusieurs éléments pour obtenir des avantages en matière de puissance, performance et durabilité par rapport au silicium traditionnel. L'industrie canadienne du semiconducteur compte actuellement plus de 100 entreprises nationales et internationales impliquées dans la R&D, plus de 30 laboratoires de recherche appliquée et 5 installations commerciales. (Source)

 

robin sparkles o canada

Un poil avant ?

Gamotron • Quand Jamie Lee s'époumone

Un peu plus tard ...

Les routeurs de TP-Link, trop bavards ?

Les 13 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !