C'est en tout cas le bruit qui court sur Twitter avec le partage d'un rapport de Digitimes, via la page de @chiakokhua, aka RetiredEngineer, un individu souvent dans les bons coups. Quand bien même Intel aurait décidé de retarder sa décision quant à l'externalisation de sa production en attendant que le nouveau PDG pose son derrière sur la chaise (éjectable) au sommet de l'entreprise, Pat Gelsinger n'a pas manqué de voler un peu la vedette à Bob Swan lors de l'annonce des résultats, notamment en affirmant que le fondeur aura de plus en plus recours à une production externe, mais tout en continuant à travailler sur ses propres procédés. À ce stade, on ne sait évidemment pas encore tout ce que cela implique ni tous les produits qui seront concernés.

 

 

On sait qu'Intel a pour but de lancer son node 7 nm en 2023 et celui-ci ira logiquement en confrontation directe avec le 3 nm de TSMC, mais on apprend aujourd'hui qu'Intel aurait concédé une défaite partielle en signant un accord avec le fondeur taïwanais pour la production en volume de processeurs 3 nm dès la seconde moitié de 2022 ! Pour couronner le tout, l'accord sous-entendrait que TSMC produira le gros et le coeur du catalogue Intel, tandis qu'Intel continuerait avec sa propre production, mais en quantité réduite, et cela ferait à ce moment-là du fondeur américain le second plus gros client de TSMC, derrière Apple.

Enfin, le contrat cimenterait également déjà une collaboration entre Intel et TSMC pour une prochaine génération en 2 nm. Pour Intel, l'objectif de donner à TSMC une grosse partie de la production serait de pouvoir se consacrer à sa R&D et réduire les risques associés à une production en volume. Cette affirmation va toutefois à l'encontre de ce que Pat a dit l'autre jour, que la majorité des produits Intel de 2023 seront fabriqués en interne... Mais TSMC étant parti pour s'installer aux USA, un rapprochement n'est pas déconnant pour autant.

 

Forcément, ni TSMC ni Intel n'auraient accepté de commenter ces rumeurs, et il est évident qu'il faut prendre celles-ci avec beaucoup de recul et de grosses pincettes, les mêmes que vous utiliseriez pour ramasser un masque usagé négligemment jeté par terre et le mettre à la poubelle, bon citoyen que vous êtes. Il s'avère que Digitimes aime parfois jouer à girouette sur certaines rumeurs. Au fond, la chose peut paraitre étonnante considérant que les capacités de TSMC sont déjà limitées, mais les expansions d'usines sont lancées et il ne fait nul doute que TSMC vendra toujours ses places aux plus offrants, et à ce jeu Intel ne manquera pas de moyens. Certains attribuent aussi la récente « explosion de confiance » de TSMC, habituellement plutôt prudent, à la signature de cet accord avec Intel, mais ce n'est pas vraiment ce que les analystes anticipent de leur côté...

Cela ne devrait pas changer la donne pour AMD dans l'immédiat, mais il existerait une rumeur selon laquelle l'équipe de Lisa Su réviserait ses plans pour ses plateformes post 5 nm pour le duel avec Intel. Néanmoins, il semble assez évident qu'AMD va devoir se dépêcher pour grappiller encore des parts de marché et y cimenter ses positions, afin qu'elles soient vraiment défendables lorsqu'Intel sera à nouveau en mesure d'augmenter la pression de toute part...

 

intel logo tsmc inside


Un poil avant ?

Dans la série "ça nous fait une belle jambe", Intel change le carton de son 10900K

Un peu plus tard ...

Coucou RTX 3080 Ti 20 Go ! Restons prudents quand même !

 Et pour devenir dans la foulée le plus gros client de TSMC, après Apple ? 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 12 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !