Parce qu'il ne peut y avoir d'appareils électroniques sans semiconducteurs, il n'y a pas de semiconducteurs sans gaufrettes de silicium, c'est pourquoi la quantité de wafers polis livrés est généralement un bon indicateur des tendances et de la santé de ce domaine, et le moins qu'on puisse dire c'est que l'industrie n'en a pas encore terminé avec sa croissance. SEMI (une association industrielle regroupant des entreprises impliquées dans la conception électronique et la chaîne d’approvisionnement de la fabrication) a partagé son rapport annuel sur les prévisions pour la livraison de wafers.

 

Les prévisions de SEMI [cliquer pour agrandir]

 

Les prédictions de SEMI s'étendent jusqu'à 2023, d'ici là le groupe anticipe une croissance annuelle de 2,4 % pour 2020, qui continuera en 2021 et signera un nouveau record en 2022 avec 13,22 millions de pouces de wafer livrés. Il faut préciser que ces chiffres concernent les wafers polis de 1 à 12 pouces et ceux destinés à une exploitation pour des semiconducteurs, excluant les usages types solaires.

L'industrie s'attend donc a récupéré d'une année 2019 moins bonne que les autres et d'un ralentissement en 2020, une fluctuation liée aux pressions géopolitiques (Chine vs USA), une chaine d'approvisionnement du semiconducteur changeante et la pandémie de COVID-19, selon Clark Tseng, le directeur de « Industry Resarch and Statistics » de SEMI. Il explique aussi que la pandémie contribue à accélérer la numérisation/digitalisation transformant les entreprises et leur manière de livrer leurs services, d'où en partie ces perspectives d'une croissance continue.

 

Il est vrai que le marché de demain est en évolution perpétuelle, accélérée ces dernières années par les pressions géopolitiques, particulièrement avec la montée en puissance continue de la Chine dans ce domaine (22 % des ventes de l’activité de fonderie en 2020, contre 5% il y a 10 ans) et des USA qui eux aussi rêvent toujours d'une autosuffisance en semiconducteurs. Pour un peu plus de contexte, on peut aussi redécouvrir le top 10 des vendeurs de semiconducteurs, où la Chine est toutefois encore peu représentée, mais cela pourrait être amené à changer avec la volonté d'accélération du fondeur chinois SMIC sur les technologies de pointe. D'autre part, n'oublions pas non plus le projet 2024 d'une nouvelle usine par TSMC aux USA, qui promet aussi de chambouler l'industrie à sa manière. Dans cette remise à plat du monde du semiconducteur, il ne fait pas l'ombre d'un doute que tous les acteurs vont aussi devoir s'adapter d'une manière ou d'une autre, et pourquoi pas en cherchant à se fusionner - à l'image d'AMD et Xilinx, Nvidia et ARM ? (Source)

 À en lire SEMI, le wafer - et donc le semiconducteur de manière générale - est encore promis à un bel avenir ces prochaines années ! 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 2 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !