Au début de l'été, les relations politiques entre Corée du Sud et le Japon s'étaient quelque peu dégradées, ce qui avait conduit assez rapidement a la mise en place de mesures restrictives de l'exportation de certaines matières - dont le Japon est un l'un des producteurs principaux au niveau mondial - vers son voisin. Ce fut le cas notamment des polyimides, de la résine photosensible et du fluorure d'hydrogène de haute pureté, des produits indispensables à la production de dalles LCD, OLED, mais aussi la fabrication de NAND et de DRAM, et donc vitaux pour les affaires des géants coréens tels que LG, Samsung et SK Hynix.

Avec un inventaire de produits difficilement stockables et donc de taille assez limitée, l'industrie coréenne en était d'ailleurs arrivée au point où il fallait commencer à chercher des fournisseurs ailleurs, et surtout dans d'autres pays, les producteurs locaux n'étant pas en mesure de répondre à ses besoins immenses. Heureusement, une lueur d'espoir était apparue un mois plus tard avec l'accord du ministère japonais de l'Économie pour une nouvelle livraison en partance vers son voisin, il s'agissait apparemment d'un produit chimique indispensable à la production EUV des puces du géant Samsung Electronics Co.Ouf !

 

Finalement, les choses se seraient encore améliorées depuis entre les deux pays, puis que le Ministère de l'Économie et de l'Industrie (METI) japonais a encore lâché du lest en levant partiellement les restrictions pour l'exportation de résines photosensibles vers son voisin. En conséquence, les compagnies japonaises - inévitablement affectées financièrement par ce bras de fer - peuvent désormais obtenir une licence "bulk" pour fournir l'équivalent de 3 ans d'approvisionnement de résine photosensible aux compagnies coréennes, plutôt que de devoir faire valider chaque livraison individuellement (un processus long de plusieurs semaines pour chaque demande).

Néanmoins, toutes les barrières n'ont pas pour autant été levées, l'exportation de polyimide et du fluorure d'hydrogène de haute pureté vers la Corée du Sud étant toujours strictement limitée par le METI, au grand dam de l'industrie technologique coréenne, première impactée par ces mesures. Certes, c'est un début et un nouveau pas en direction d'un retour à la normale pour le commerce dans la région, mais ça prendra évidemment le temps qu'il faudra... (Source)

 

semiconducteur drapeaux japon coree sud

 Petit à petit, les affaires reprennent leur cour normal entre le Japon et la Corée du Sud, avec l’allègement des restrictions de l'exportation de résine photosensible pour commencer.  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !