COMPTOIR

Avec Alder Lake, Intel est bien revenu au niveau de son concurrent, voire légèrement mieux en applicatif et en gaming. Le 12900K a repris les rênes au 5950X, brute qui a dorénavant fort à faire pour la couronne. Pour autant, il y a un détail qui coince sur le 12900K, que nous vous avons signalé, c'est la consommation en charge lourde avec Maximum Turbo Power actif à 241 W. Et par-delà des joules pompés, c'est la difficulté à refroidir efficacement le bousin qui retient l'attention, même avec un AIO de 360 mm, la faute incombant à une surface d'échange 10 nm moindre que le 14 nm antédiluvien essoré.

 

Pour autant, le géant bleu a quand même décidé de trier ses meilleures puces, afin de les vendre plus cher, mais avec des fréquences plus hautes. C'est ainsi qu'est né le 12900KS, comme le 9900KS l'était au 9900K, un super binage maison. Quelque 241 W plus tard, que vaut ce super Alder Lake ? Techspot a fait le test et a rendu sa conclusion.

 

À l'instar de ce qu'a fait NVIDIA avec la RTX 3090 Ti, le 12900KS fait payer cher les derniers pourcents de patate décrochés : prix, consommation, températures, il vaut mieux être équipé d'une boucle DIY pour le calmer, car les AIO semblent à bout. Il creuse forcément l'écart avec le 12900K et le 5950X, ce qui en fait le CPU mainstream le plus rapide du moment. Et c'est là le seul but, atteint, par Intel, car pour le reste des aspects évoqués, c'est pas une réussite. Pour conclure, un tel achat ne se fait pas à la légère, et il faut prévoir de quoi offrir à ce CPU un environnement propice aux exploits, sinon, ça risque de se transformer en galère !

 

Intel

 

Un poil avant ?

Intel tease un prototype Arc qui ne manque pas de jus !

Un peu plus tard ...

Le 5800X3D pas taillé pour bosser !

Le 12900KS est une diva, capricieuse, mais elle est classe et c'est sa raison d'être.

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 7 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !