Même si la pénurie de semiconducteurs est un évènement plutôt gênant, elle permet de forcer à nouveau les sociétés qui gèrent le domaine à se bouger, que ce soit sur les partenariats, les usines à monter ou les process de fabrication à revoir. Et c'est sur dernier point qu'on avait oublié que Samsung, de son côté, est en train de pousser sa technologie GAAFET depuis quelques années. Pour rappel, contrairement à TSMC, le fondeur coréen s'était refusé de passer en 3 nm en FinFET, préférant opter pour la technologie GAAFET sur les gravures inférieures à 5 nm. Si le choix est très intéressant sur un plan technique, cela reste un pari risqué, puisque de son côté le concurrent taïwanais sort très rapidement ses nodes en 3 et 2 nm grâce au FinFET.

 

Cependant, Samsung ne se laisse pas abattre et après des années d'efforts - pour rappel, ces transistors ont été annoncés en 2019 - le géant a réussi à mettre au point un premier tape-out fonctionnel pour ce node supposé révolutionnaire. Le tape-out est la dernière étape permettant la production en série d'un ASIC ou d'un SoC, autrement dit une puce complexe qui regroupe plusieurs éléments, comme un CPU, un GPU ou n'importe quel contrôleur. Cela signifie donc que Samsung est capable de prévoir la fabrication de puces dès cette année sur ce process, en 3 nm et avec une technologie qui est annoncée comme beaucoup plus efficace que le FinFET actuel.

 

En effet, le fondeur a mis en place toutes les améliorations et optimisations nécessaire pour concevoir et produire différents types de SoC en un temps record selon Synopsys, un concepteur d'IP et d'outils pour l'EDA - Electronic Design Automation - bien connu dans le milieu. Alors préparez votre seau de popcorn, car il est fort probable que la guerre des fondeurs reprenne de l'allure d'ici quelques semaines. Totuefois, soyez patients avant de voir ses potentiels bénéfices sur notre matériel informatique adoré, car il est fort probable que ce soit le monde mobile et des télécommunications qui en profitent les premiers. (source : EENews Europe)

 

samsung tsmc 3nm cdh

Et oui, à vouloir aller vite, TSMC se rend compte qu'il n'y a pas que la taille qui compte.


Un poil avant ?

Ventes de jeux vidéo : on comprendrait presque tout !

Un peu plus tard ...

Les barrières continuent à se lever pour SK Hynix et son rachat de l'affaire NAND d'Intel

 Après des années de dur labeur, Samsung voit enfin sa prochaine génération de transistors dans l'électronique embarquée... 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 12 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !