En début de semaine, nous apprenions qu’une faille de sécurité touchait l’architecture POWER d’IBM, forçant un flush L1 lors de changement de contextes avec élévation de privilèges. Puisque l’opération touche l’intégralité du cache, nous nous attendions à des performances en baisse suite au correctif, et c’est — comme à son habitude — au camarade Phoronix de se charger de tester cela. Au rapport, un Blackbird équipé d’une architecture POWER9 présentant 4 cœurs et 16 threads (le quad-SMT étant une spécialité d’IMB) sous Ubuntu 20.10 pour constater l’étendue des dégâts.

 

ibm

 

Comme d’habitude sur ce genre de correctif, ce sont les manipulations sur des bases de données, coûteuses en lecture/écritures disque et donc passage par le kernel, qui sont les plus impactées, avec des augmentations des temps d’exécution pouvant monter à 10 %. Fort heureusement, ce n’est pas le cas sur toutes les charges de travail - PostgreSQL et MariaDB se retrouvent globalement minoritairement impactés, et les tâches de compilation, testées avec pour unique représentant le noyau Linux, n’accusent d’une baisse que d’une poignée de pourcents : pas de quoi ternir la réputation d’IBM, mais plutôt de quoi prouver que nul fabriquant de CPU n’est réellement à l’abri. AMD ou ARM, bientôt votre tour ?

 


Un poil avant ?

Encore un peu de rumeurs sur les RTX 3060 Ti pour ce midi ?

Un peu plus tard ...

Gamotron • Encore la crise en Grèce ?

 Effacer le cache L1 dans certain cas : de quoi casser l'intérêt d'un processeur ? 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Yapa de ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !