Avec le lancement l’année dernière de la puce IA Ascend 910, Huawei a déjà bien fait connaître ses ambitions et intentions envers le marché du cloud computing et de l'intelligence artificielle. Pour rappel, sur le papier la puce en question affiche une performance FP16 de 256 TFLOPS, ce qui correspond en théorie au double d’une Tesla V100 de Nvidia, et 512 TOPS pour les calculs INT8, le tout pour une consommation maximale de 310 W. En sus, elle se permet aussi d’avoir une longueur d’avance sur le plan technologique, l’Ascend 910 étant basée sur le procédé N7+ (7 nm EUV) de TSMC, tandis que la Tesla V100 et son GV100 se contentent encore du 12 nm — certes, une situation qui ne devrait plus trop durer avec l’avènement d’Ampere, mais le message de Huawei était clair ! Une offensive qui s’est depuis matérialisée également avec l’intégration de l’Ascend 910 dans l’accélérateur PCIe 4.0 Atlas 300 et le lancement du cluster IA Atlas 900 - présenté comme le plus rapide au monde pour l’entraînement des IA.

 

huawei ascend 910 ia

 

Si l’on en croit le journal coréen The Elec, Huawei Technologies pourrait prochainement également prendre ses chances sur le marché de la carte graphique pour serveur, un commerce encore largement dominé par Nvidia et ses Quadro. Pour Huawei, ce serait une suite assez logique et ferait de l’entreprise le 4e acteur potentiel du marché, face aux deux vétérans AMD et Nvidia, et prochainement Intel et ses GPU Xe ! C’est en Corée du Sud que l’affaire aurait déjà commencé à se développer, précisément avec la planification de la création prochainement d’une nouvelle division Cloud and AI Business Group par Huawei Technologies dans le pays et qui serait sous la supervision d’Huawei Enterprise. Il se murmure aussi que le géant chinois serait en ce moment occupé à démarcher des experts pour son nouveau projet, y compris des employés de Nvidia, anciens et actuels. Huawei n’étant pas une startup, et avec le bon mélange d’apports financiers et de talents, l’entreprise pourrait très rapidement s’avérer être un rival digne de ce nom !

 

huawei atlas 300 accelerateur

 

Une décision stratégique qui serait en tout cas très loin d’être anodine, fort probablement motivée en grande partie par les ambitions de la Chine dans le cadre de son plan majeur « Made in China 2025 », mais aussi de la directive « 3-5-2 » identifiée assez récemment. Cette dernière désigne la chronologie de la purge technologique du hardware et software étranger planifiée par le gouvernement de Xi Jinping : 30 % en 2020, 50 % en 2021 et 20 % en 2022. Et on y arrive : OS, DRAM, NAND, cartes mères et processeurs sont déjà couverts, les GPU ne peuvent donc qu’être la prochaine étape majeure !

Par contre, Huawei va devoir compter avec les USA qui cherchent absolument à empêcher le fondeur taïwanais TSMC de faire commerce avec son voisin, ce dernier devra ainsi certainement trouver confort ailleurs, peut-être chez Samsung ou son compatriote SMIC. Au fond, l’intervention des Américains n’aura probablement pas l’effet escompté (bien au contraire), et sous réserve d’un succès sur le marché de la carte graphique pour serveur, peut-être Huawei considérera-t-il ensuite aussi un jour celui du grand public… (Source : The Elec, via Tom’s)

 Après la NAND, la DRAM et les CPU made in China, haro sur le GPU avec Huawei pour boucler la boucle ?  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 10 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !