Avec la nouvelle stratégie IDM 2.0 propulsée par Pat Gelsinger sur le devant de la scène depuis son arrivée, il s'agit pour Intel de se poser comme un véritable concurrent à TSMC et à Samsung, et pour cela il faudra donc forcément consolider sa force de production et améliorer sa présence géographique. En plus d'avoir les yeux rivés sur les bourses européennes pour une nouvelle installation semi-subventionnées quelque part en Europe, en bon américain, Intel va naturellement aussi continuer à jouer depuis son domicile, en agrandissant les installations existantes, mais aussi avec l'établissement d'un nouveau hub majeur pour le semiconducteur.

Il n'est pas encore su exactement sur lequel des 51 États le fondeur jettera son dévolu, c'est une décision qui sera prise selon un bon nombre de critères, comme l'existence d'un écosystème, la proximité d'une grande ville, l'accès à l'énergie et à l'eau, la proximité des universités, les considérations environnementales, etc. et que le fondeur devrait pouvoir prendre avant la fin de l'année, selon Pat Gelsinger.

 

En attendant, l'entreprise a toutefois déjà une idée très précise du projet de construction et n'a donc pas hésité à partager plus de détails. Tout d'abord, le CEO a révélé que le nouveau complexe coûtera au minimum 60 milliards de dollars et potentiellement jusqu'à 120 milliards. Une fourchette assez large, qui s'explique notamment par le fait que le projet implique — dans l'idéal — la construction de 6 à 8 « modules » et que l'investissement s'étalera en principe sur les 10 prochaines années. Chaque module coûtera entre 10 et 15 milliards de dollars.

En plus de la fabrication de semiconducteur, le nouveau centre sera également en mesure d'assurer le packaging des puces selon les techniques propriétaires de la boite, comme EMIB et Foveros. Par ailleurs, le hub disposera aussi de sa propre centrale électrique dédiée et Intel souhaite aussi y construire une université, naturellement dans l'objectif d'attirer les talents et de faciliter le recrutement. Bref, bien plus qu'un « simple » complexe d'usine, Intel a imaginé la construction d'une petite ville avec au moins 10 000 employés et une création d'emploi indirect estimée à 100 000 postes. (Source)

 

intel city welcome sign cdh

 

Le fondeur n'a pas encore spécifié les procédés de fabrication qui y seront exploités ni d'ailleurs la capacité prévisionnelle du complexe. Intel s'attend a pouvoir démarrer les premières lignes de production au plus tôt en 2024, on peut donc supputer que celles-ci fonctionneront au départ au moins pour de l'Intel 4  et de l'Intel 3 - par ici pour redécouvrir le renommage effectué récemment. Un gros projet et un très gros investissement (sans doute fortement subventionné, ne nous leurrons pas, tout ne sortira pas des poches du fondeur), mais vu la faim dans le monde pour du semiconducteur, le risque est probablement minimal.


Un poil avant ?

Gamotron • Bizarre, comme c'est bizarre...

Un peu plus tard ...

TUF VG28UQL1A est l'essentiel next-gen pour tous les joueurs, sur PC et console (selon ASUS)

 Intel en dit plus, chiffres à l'appui, sur le nouveau plan de fabrication qu'Intel prévoit de construire aux USA au fil des 10 prochaines années.  

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 4 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !