Petit état des lieux réalisé par Seeking Alpha, un site spécialisé dans la bourse et les conseils d'investissements (donc pas vraiment Tech), pour la lutte entre TSMC et Samsung, les deux fondeurs majeurs à la tête de l'industrie du semiconducteur et en pointe de ses technologies ! Néanmoins, l'avance du fondeur taïwanais sur son homologue coréen est indéniable et déjà amplement documentée. Il faut dire que Samsung n'est pas un fondeur pure-play au même titre que TSMC, considérant que le premier utilise généralement environ les deux tiers de sa production pour son propre usage (SoC, DRAM, NAND) et que le reste est réparti principalement entre Qualcomm, Nividia, IBM et Intel ; alors que le second nommé produit exclusivement pour une clientèle mondiale diverse et variée, plus de 460 clients différents, pour être un peu plus précis !

Ceci n'empêche pas les deux de jouer aux rivaux, que ce soit sur les avancées technologiques et la capacité de production de leurs usines, deux aspects aujourd'hui encore largement dominés par TSMC, particulièrement pour les procédés de gravure en vogue actuellement. Voici l'état de la relation TSMC/Samsung ces dernières années, jusqu'au premier mois de 2021, en gardant en tête que ces chiffres sont approximatifs, étant donné que les fondeurs partagent rarement tout.

 

tsmc vs samsung capacite wafer mensuel

 L'écart se serait relativement réduit depuis 2016, mais le ratio reste largement en faveur de TSMC.

 

samsung tsmc depense capex 2016 2021

Les dépenses d'investissements annuelles. Dans l'ensemble, Samsung dépense beaucoup plus, mais avant tout pour sa division mémoire, une affaire autrement plus importante que l'activité de fonderie pure et dure.

 

samsung vs tsmc capacite par node

Les chiffres parlent d'eux-mêmes.

 

tsmc revenu par client

Le top 8 des 460 clients de TSMC en matière de contribution au revenu du fondeur : Apple loiiiiin devant et le reste loiiiiin derrière.

 

Il est toutefois envisageable que Samsung puisse être en mesure de combler l'écart avec TSMC sur le plan technologique, avec la transition vers les procédés inférieurs à 7 nm et l'arrivée des transistors GAAFET et MBCFET chez Samsung (alors que TSMC en restera encore au FinFET dans un premier temps), mais en matière d'évolution de la capacité de production et de la clientèle, les choses paraissent moins évidentes. D'une part, Samsung aurait pris du retard sur l'équipement EUV, et en 2020 n'a acheté que 25 systèmes lithographiques EUV, contre 50 chez TSMC, tandis que la capacité de livraison d'ASML est limitée à environ 50 systèmes EUV par an (à répartir aussi entre les autres clients demandeurs, comme SK Hynix, Intel, Micron, et peut-être un jour SMIC). Naturellement, la difficulté d'obtenir de nouveaux équipements de dernière génération rapidement ralentira inévitablement aussi les expansions de sa capacité de production. C'est donc aussi un facteur qui peut limiter le développement de la base clientèle de Samsung, en plus du fait que le coréen devra toujours d'abord commencer par assurer ses propres besoins, pour ses smartphones et sa DRAM (notamment la dernière génération 1a).

 

Bref,  la course entre TSMC et Samsung en est une, sans vraiment en être une puisque leurs activités ne sont pas tout à fait les mêmes, mais elle se joue définitivement sur plusieurs aspects, avec une domination claire et nette de TSMC aujourd'hui si l'on considère essentiellement l'activité de fonderie. Et demain ? On verra bien.


Un poil avant ?

Le 11900K, cette brute benchée sur CPU-Z

Un peu plus tard ...

Dropbox veut rendre son gestionnaire de mot de passe gratuit

 On sait déjà qui est le plus fort (pour l'instant) et qui produit le plus, mais voici quelques chiffres récents autour de la relation TSMC/Samsung, en tant que fondeurs incontournables...  

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 10 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !