C'est un fait, Internet existe avant-tout grâce aux 380 câbles sous-marins - chiffre de février 2019 - serpentant les fonds des mers en compagnie des poissons, crustacés, épaves de navires, l'Atlantide et autres amphibiens parfois un peu bizarres, une vraie toile sous les eaux à l'échelle planétaire d'environ 1,2 million de kilomètres, indispensable au bon fonctionnement de notre web bien-aimé. En fin de compte, nous sommes bien loin des nuages et de l'espace comme le laissent sous-entendre les termes "cyberspace" ou "cloud" très couramment utilisés dans le milieu, car en pratique l'internet par satellite ne représente que difficilement 1% des échanges de données dans le monde.

Par ailleurs, comme Rocco Siffredi n'a jamais manqué de nous le rappeler, y'en a des longs, mais aussi des courts; CeltixConnect-1 situé entre l'Irlande et la Grande-Bretagne ne mesure que 131 km, alors que d'autres atteignent les 39 000 km, c'est le cas de SeaMeWe-3 qui relie l'Allemagne à la Corée du Sud, en passant par l'Australie ou encore le Pakistan. On rappellera aussi Marea, le câble sous-marin de 6600 km posé par Facebook-Microsoft, dont nous avions parlé en 2017. Un concept d'infrastructure également assez ancien, le premier câble sous-marin fut celui posé entre la France et l'Angleterre en 1851. Évidemment, les tuyaux fibrés et plus résistants posés de nos jours n'ont plus rien à voir avec cet ancêtre d'une autre époque. 

 

fonds marins infographie

 Et sinon, cette vidéo explique encore un peu plus le fonctionnement (de manière simplifiée).

 

Justement, puisqu'on en est à parler de résistance, ce réseau de câbles - véritable ossature critique du web et vecteur principal d'un monde et d'une économie ultra-connecté - est-il réellement bien protégé et infaillible ? Hélas, très loin de là ! Séismes, ancres de navires, filets de pêche, morsures de poissons (sans rire), espionnage, sabotages, vols (pour revendre les matériaux)...tant d'exemples de menaces diverses et variées avérées pesant lourdement au quotidien sur cette infrastructure vitale, autant pour le public que les armées et services secrets de par le monde, et dont l'existence et le tracé sont de surcroît très (trop ?) public, un réseau (presque, ne nous leurrons pas non plus) entièrement visible ici !

 

causes pannes fibre optique rfi

 "Raisons inconnues" = aliens ?

 

Par exemple, en 2007 des pécheurs vietnamiens avaient réussi à  couper 500km de câble dans l'espoir d'en revendre les matériaux, endommageant au passage le réseau pour plusieurs semaines. Si aucune attaque terroriste n'a encore été répertoriée sur un câble sous-marin, des coupures de lignes ont déjà eu lieu en cas de conflit; la rupture des télécommunications est d'ailleurs habituellement la première des choses à faire stratégiquement parlant.

 

« Si l'on était dans une situation de grosse crise diplomatique avec un autre État et que les câbles sous-marins qui nous relient aux États-Unis commençaient à claquer les uns après les autres, imagine Jean-Luc Vuillemin, directeur Réseaux et Services internationaux d’Orange, on serait dans une situation extrêmement compliquée. Il n'en existe que douze entre l'Europe et les États-Unis. Si nous perdions ne fût-ce que trois gros câbles, je pense que l’internet mondial arrêterait de fonctionner ».

 

Ce fut le cas en 1898 lors de la guerre américano-espagnole, en 1914 lors de l'entrée en guerre des Anglais dont la première action fut de couper les câbles télégraphiques des Allemands. C'est un sujet d'autant plus épineux de nos jours, et des pays comme la Russie, la Chine, ainsi que ceux de l'OTAN ne le savent que trop bien, les câbles sous-marins représentent un risque et se retrouvent ainsi malgré eux au centre d'une sorte de Guerre Froide 2.0, l'information et la collecte de données étant véritablement le nerf des affrontements virtuels entre nations aujourd'hui. Néanmoins, quand il s'agit de moucharder, personne n'est en reste, comme l'ont mis en évidence les révélations d'Edward Snowden sur la surveillance des flux internet, par exemple celle réalisée par la NSA et le GCHQ au profit des membres des "Five Eyes". Ce serait désormais le cas aussi de la DGSE, autorisée depuis 2008 à mener de vastes opérations de surveillance via des stations d'interception à l'arrivée des câbles dans l'Hexagone.

Bref, qu'il s'agisse d'être méfiant ou vigilant, la cybersécurité est devenue un autre combat mondial de tous les instants. Une vigilance teintée de méfiance qui s'est aussi  déportée sur l’équipement hardware et la pose même de ces fameux câbles, en témoigne l'expulsion de Huawei par les USA du projet Hibernia Express sous couvert de crainte d'espionnage par la Chine - et comme l'actualité récente en Europe, en Australie et aux États-Unis autour des équipementiers asiatiques ZTE, Huawei et SuperMicro nous le montre encore régulièrement, ce n'est pas vraiment près de s'arranger !

 

NSAAAAA [cliquer pour agrandir]

 

Pourtant, c'est bien l'oncle Sam qui tire les ficelles et tient en main la majorité des clés de l'internet, une domination qu'il souhaite bien évidemment ne pas perdre, d'où les prises de têtes régulières très particulièrement avec la Chine, l'un des seuls pays actuellement en mesure de lutter autour de l'enjeu stratégique que sont les câbles de télécommunications et donc l'échange d'information ! Au point où le pays de Xi Jinping - le président chinois - n’hésite pas à boycotter les câbles sous-marins liés aux USA, tout en s'assurant d'étendre son influence en participant extensivement au déploiement de nouveaux câbles optiques. C'est par exemple la Chine qui a déployé SAIL, le premier câble connectant directement le Brésil et l'Afrique via le Cameroun et l'Angola, naturellement tout en court-circuitant soigneusement les États-Unis. En 2020, un autre câble chinois devrait relier Marseille - devenu par ailleurs un véritable "hub" pour la connectivité en Europe - au Pakistan, en passant par l’Égypte, Djibouti et le Kenya, puis devrait à terme être étendu vers l'Afrique du Sud.

 

« Un câble, c'est juste la matérialisation d'un flux d'échange d'informations qui coexiste en général avec un flux d'échange de marchandises »

 

Un plan d'infrastructure notamment voulu à l’échelle mondiale, un point majeur du projet de Xi Jinping des "nouvelles routes de la soie", une manière aussi de participer au rééquilibrage de la carte numérique et de permettre à certains pays de s'émanciper économiquement d'autres États. Ainsi, d'autres projets de ce type ne manqueront pas d’émerger au fil des prochaines années - on connaît déjà EllaLink planifié pour 2020, qui doit en principe relier le Portugal au Cap-Vert et Kourou en Guyane.

 

gafam reseau cables sous marins

 Les maitres d'un monde virtuel !

 

En attendant, en ce qui nous concerne 80% du trafic français part encore vers les États-Unis, selon Jean-Luc Vuillemin d'Orange, une vérité qui s'applique par ailleurs un peu partout dans le monde. Et pour cause, les USA contrôlent de nombreux câbles et une bonne partie de l'infrastructure autour d'internet, sans oublier les rôles de l'ICANN - l'organisme qui contrôle l'attribution des noms de domaines - et des GAFAM. GAFAM, c'est le nom donné au groupe de 5 entreprises américaines majeures, les acteurs incontournables du web : Google, Facebook, Amazon, Microsoft et Apple. Pour l'anecdote, des 5 acteurs, ce dernier est le seul à ne pas être rentré dans la bataille et investir lourdement dans les câbles optiques sous-marins. Mais les 4 autres y ont déjà déversés près de $5,1 milliards entre 2016 et 2017, une somme qui pourrait bien atteindre les $8,8 milliards entre 2018 et 2020 ! Ainsi, Google détient déjà 14 câbles (un total de 100 000 km), 9 pour Facebook, 2 pour Amazon et 2 pour Microsoft. Mais vous pensez bien qu'ils ne s’arrêteront pas là, la course aux gigabits (ou plutôt térabits de nos jours) est un véritable enjeu de taille face aux besoins en bande passante qui ne cessent d’augmenter, et c'est évidemment un marché très lucratif ! Parallèlement, la capacité moyenne des nouveaux câbles explose elle aussi, d'une centaine de gigabits par seconde au début de l'an 2000, nous en sommes aujourd'hui à 20 térabits par seconde.

 

Bien sûr, la bataille est donc encore loin d'être terminée. En 2017, un peu de moins la moitié de la population mondiale n'était pas encore connecté à internet, le marché à capter reste donc conséquent. Ainsi, l’américain Cisco estime que le trafic mondial sera multiplié par 7 d'ici 2021, soit une croissance de 40% par an, et un trafic internet évalué à 396 exabits (396 000 000 000 de gigabits) d'ici 2022, contre 122 exabits en 2017 ! D'autres chiffres considèrent aussi qu'il y aura 28,5 milliards d'appareils connectés en 2022, un chiffre peu comparable aux 18 millions d'appareils relevés en 2017, idem pour la vidéo de pr0n qui représenterait 82% du trafic internet en 2022, contre 73% en 2017.

 

netflix augmentation trafic internet 1992 2022

Pas de doute, "Neflix et chill" a encore de très beaux jours devant lui...!

 

Bref, l'ossature essentielle d'internet que sont les câbles sous-marins continuera inévitablement à être au centre des intérêts commerciaux et une cible asymétrique naturelle des bras de fer économiques et militaires entre puissances mondiales impliquées dans cette course. Une infrastructure indispensable, malheureusement encore assez mal protégée et vulnérable, une source de menaces contre laquelle le meilleur antidote restera pour les pays de favoriser la résilience en multipliant les connexions et les câbles, à défaut d'une nouvelle  technologie (qui comportera certainement aussi des limitations) et d'une surveillance accrue du réseau - bien difficile et coûteuse de par sa taille. Heureusement, il reste (pour le moment ?) assez peu probable qu'un pays se risque à saboter les câbles sous-marins, au risque d'en subir lui-même les conséquences, interconnexion oblige. (Source : RFI #1, #2 et #3)

 

Vive l'internet ! 


Un poil avant ?

Une nouvelle interface pour l'explorateur Windows ?

Un peu plus tard ...

Vulnerabilité des SoC ASPEED : GIGABYTE débute le colmatage de son matos serveur

 Une enquête numérique proposée par RFI.fr nous permet d'en savoir plus aux sujet des câbles sous-marins, grâce auxquels l'internet peut exister, et les nombreuses convoitises dont ils font l'objet ! 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 24 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !