• LGA 1151 : les CPU et le Z170

Pour ce test, MSI et Asrock nous ont fourni chacun une carte mère Z170, G.Skill de son côté nous a procuré une paire de barrettes mémoires DDR4 certifiées à 3600 MHz, quand même ! Mais avant de parler de ces dernières, jetons d'abord un coup d'oeil aux processeurs en commençant par le Core i5-6600K :

 

Core i5-6600K Core i5-6600K

Core i5-6600K recto et verso

 

En fait, il est difficile de différencier Skylake de ses prédécesseurs : physiquement ils sont très proches, le heat-spreader est légèrement moins anguleux, les détrompeurs sont plus proches du bord supérieur et il dispose de 1151 points de contact, nous vous laissons les compter ! Pas de différence entre Core i5 et Core i7 comme en attestent les photos suivantes du 6700K.

 

6700k recto6700k verso

Core i7-6700K recto et verso

  

Avantage de cette proximité physique, le système de fixation des ventirads n'évolue pas ce qui permettra de réutiliser ceux prévus pour les fixations LGA 115x. Cela tombe d'ailleurs plutôt bien, puisque Intel ne fournit pas de refroidisseur avec ces puces K, facturées respectivement 243$ et 350$. Ce tarif officiel annoncé pour 1000 pièces est similaire à celui des 4690K et 4790K, une fois l'effet nouveauté passé, il ne devrait pas y avoir d'écart significatif entre ces puces à ce niveau. Voyons ce que CPU-Z pense des processeurs.

 

CPU-Z Core i5-6600K [cliquer pour agrandir]CPU-Z Core i7-6700K [cliquer pour agrandir]

CPU-Z Core i5-6600K et Core i7-6700K - Cliquer pour agrandir

 

Le Core i5-6600K est constitué de 4 coeurs gérant 4 Threads, taille et type des caches ne change pas par rapport aux Quad i5 Haswell, avec toujours 3 niveaux dont un L3 à 6 Mo. Le CPU est cadencé de base à 3.5 GHz, mais il est bien sûr doté d'un turbo lui permettant d'atteindre des fréquences plus élevées selon les conditions : 3,9 GHz avec 1 coeur actif, 3.8 GHz pour deux, 3.7 GHz avec 3 coeurs sollicités et pour finir 3.6 GHz lorsque les 4 sont utilisés (si le TDP n'est pas dépassé, bien-sûr). Le 4690K propose, lui, une fréquence de base similaire mais est plus généreux côté Boost avec respectivement +200 MHz (4 coeurs), +300 MHz (3 coeurs) et + 400 MHz (1 ou 2 coeurs). Le 6600K devra donc compter sur l'amélioration de l'IPC pour le devancer en pratique, ce qui devrait être tendu vu nos mesures "rapides" à ce niveau page précédente.

 

Le Core i7-6700K reprend pour bonne part ces caractéristiques, il peut toutefois gérer 8 Threads en parallèle et Intel pousse son cache L3 à 8 Mo à l'instar des Quad i7 Haswell. Côté fréquences, si celle de base est identique au 4790K à 4 GHz, le turbo est cette-fois encore plus généreux avec la puce précédente, puisqu'il peut atteindre 4,4 GHz avec 1 ou 2 coeurs sollicités et respectivement  4,3 GHz et 4,2 GHz avec 3 et 4 coeurs en action. De son côté, le 6700K ne décolle pas des 4 GHz, hormis lorsqu'un seul coeur est utilisé, c'est à dire jamais ou presque puisqu'il est très difficile de le voir quitter cette fréquence, même avec des applications monothread.... Point commun à ces 2 nouvelles puces, le contrôleur mémoire est certifié pour gérer 2 canaux à 2133 MHz en DDR4, toutefois cette dernière peut fonctionner bien au-delà par le biais de ratios Ad Hoc. Quid des gains ?

 

impact ddr4 t [cliquer pour agrandir]

Impact de la fréquence mémoire - Cliquer pour afficher les gains synthétiques

 

En pratique, les gains varient de 0 à 14% selon la dépendance des tâches à la mémoire. D'un point de vue purement synthétique, nous mesurons avec AIDA et ses tests mémoire une augmentation des débits proches de 40% dans certains cas. Bien que nos barrettes mémoires soient certifiées jusqu'à 3.6 GHz, nous n'avons pas réussi à stabiliser cette fréquence (plantage au démarrage de Windows). Faute de temps (toujours et encore), nous n'avons pas pu tester ce point bien longtemps, mais nous y reviendrons prochainement. Qui dit nouveau CPU, dit nouveau chipset compagnon chez Intel. Les derniers en date pour plateforme Mainstream faisant partie de la série 90, Intel passe à la centaine pour les nommer : la version haut de gamme qui nous intéresse aujourd'hui est le Z170. Détaillons ce dernier via son schéma :

 

Diagramme de fonctionnement Z170 [cliquer pour agrandir]

Le diagramme du Z170

 

Que ce fut long, mais Intel a finalement introduit des lignes PCIe de 3ème génération avec cette nouvelle puce. En tout, ce sont pas moins de 26 lignes qui sont accessibles, toutefois, à l'instar des Z87/97, elles sont flexibles, c'est-à-dire partageables pour la plupart entre les divers liens de communication. Et avec 10 USB 3.0 natifs, 14 USB 2.0, 6 SATA 6Gbps et 2 SATA Express, il y a du monde qui se bouscule au portillon ! On regrette d'ailleurs qu'Intel n'ait pas jugé opportun d'ajouter au moins 4 lignes PCIe au CPU pour gérer directement un SSD sans amputer les 16 lignes graphiques ou saturer le lien raccordant chipset et processeur.

 

Le nombre de lignes PCIe disponibles pour les slots d'extension dépendra donc de l'usage qui est fait (par les constructeurs) des ressources, sachant qu'il ne pourra pas excéder 20. Pour atteindre ce dernier, il faudra par contre de sacrés compromis... Enfin, le lien raccordant le chipset au CPU est revu, on passe donc du DMI 2.0 s'appuyant sur du PCIe 2.0 4X à un DMI 3.0 toujours basé sur du PCIe 4x, mais de 3ème génération cette fois, doublant mécaniquement le débit. Voilà ce que nous pouvions vous dire sur cette nouvelle plateforme, il est temps de voir la mise en pratique de cette dernière au travers de deux exemples décrits pages suivantes.

 



Les 162 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !