Rocket Lake-S n'est plus très loin. En tout cas, il se balade un peu partout et se paye les visites coutumières de différents benchmarks. La dernière en date fait un état d'un Core i7-11700K — le successeur direct du Comet Lake-S i7-10700K attendu avec 8 cœurs et 16 threads — capable d'obtenir un score sous GeekBench V5 de 1807 en monocore et 10673 en multithread. Des résultats supérieurs respectivement de 34 % et 19 % à ceux d'un Core i7-10700K, ayant pourtant des fréquences plus élevées à 3,8/5,1 GHz, contre les 3,6/5,0 GHz auxquelles l'i7-11700K a visiblement été flashé ! Ça le placerait aussi devant le décacore i9-10900K moulinant à 5,3 GHz, qui lui obtient en moyenne 1405 et 10967 points (toujours dans le même ordre).

Enfin, en monocore c'est aussi devant le Ryzen 9 5950X et ses 1672 points, mais celui-ci resterait logiquement largement supérieur en multithread ,avec un score de 16515 points grâce à ses 32 threads. Faut-il en déduire que l'architecte Cypress Cove de Rocket Lake-S est effectivement prometteuse et qu'AMD aurait donc bel et bien réussi à mettre un bon coup dans la fourmilière Intel ? Peut-être.

 

On sait que la prochaine génération fait miroiter un gain d'IPC à deux chiffres, mais d'aucuns suggèrent que les résultats sont peut-être tout de même un peu trop beaux pour être vrais, surtout pour la partie monocore. Les instructions AVX-512 introduites par Rocket Lake-S et dont GeekBench permet l'utilisation auraient peut-être ainsi potentiellement influencé les résultats obtenus. Ensuite, un « simple » Core i7-11370H Tiger Lake-U, exploitant une architecture et un procédé de gravure techniquement supérieurs, obtient déjà un score de 1606 en monocoeur et 5686 en multihread, tout en ayant la moitié des cœurs et une fréquence maximale de 4,8 GHz. Le Tiger Lake se permet même de gagner (de peu) le benchmark multithread AES-XTS de Geekbench face au Rocket Lake-S.

Certains suggèrent aussi que la carte mère haut de gamme AORUS Master Z490 — par ailleurs, une autre indication que le chipset sera normalement compatible avec la 11e génération, moyennant certainement une mise à jour du BIOS — aurait participé à fausser les résultats avec un overlocking automatique du processeur, le MCE (Multicore Enhancement) y étant en principe actif par défaut. Néanmoins, on se doute que Cypress Cove exploite certainement aussi plusieurs des avancées de Tiger Lake, pouvant ainsi expliquer en partie cette progression fulgurante par rapport à Comet Lake-S et ses tripes Skylake.

 

Bref, on verra bien (comme d'habitude). À ce stade, on ne peut que spéculer. Si AMD a réussi à frapper fort, il n'y a aucune raison pour qu'Intel ne puisse le faire aussi d'une manière ou d'une autre et malgré le fait d'être bloqué au 14 nm (+++++++++++), et l'on pourrait d'ailleurs tout à fait choisir d'être impressionné par ce que le fondeur arriverait encore à en tirer. Si Rocket Lake et Cypress Cove tiennent leur promesse, il est parfaitement réaliste de penser qu'Intel pourrait reprendre la couronne en jeu (du moins, dans les cas de figure où le CPU tient vraiment le gros rôle). Par contre, pour le multithreading ça sera surement pour (beaucoup ?) plus tard. (Source : Videocardz, Computerbase)

 

rocket lake slide1


Un poil avant ?

Samsung lèverait le pied pour faire grimper les prix de la DRAM

Un peu plus tard ...

Bon plan • PNY XLR8 CS3030 500 Go à 59,99 €

 À moins que Rocket Lake avec Cypress Cove soient effectivement le bouquet final du 14 nm sur desktop, remettant Zen 3 partiellement à sa place ? ?  

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 17 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !