Et oui, Fujitsu n'est pas qu'une marque d'appareils photos ! Après avoir réalisé n collaboration avec RIKEN (un institut de recherche nippon) le fameux K computer, le supercalculateur le plus puissant au monde à sa sortie en juin 2011 avec 8,162 PetaFLOPS, l'heure du renouvellement a sonné. Il faut dire que le bouzin devient, relativement aux nouvelles machines, de moins en moins compétitif sur le plan performance/consommation. Quoi de mieux donc pour lutter sur ce segment qu'une architecture ARM ?

 

C'est ainsi que les premiers prototypes de CPU post-K ont été dévoilés sous technologie ARM, au contraire des précédents qui se basaient sur du SPARC. Si l'objectif de la machine finale est de surpasser la machine K d'un facteur 50 à 100, on ne connaît encore que quelques spécification éparses : chaque nœud de calcul ne comporterait qu'un CPU, mais un rack rassemblerait quelques 384 nœuds, de quoi allègrement dépasser les 10 000 cœurs sur la machine finale.

 

Les cœurs supporteraient le jeu d'instruction ARMv8-A ainsi que les extensions vectorielles SVE sur 512 bits, et l'on en compterait 48 par die, accompagné de deux ou 4 cœurs compagnons suivant l'utilisation du nœud (calcul ou I/O entrée/sortie). Certes, on est loin des cœurs de tablettes ou d'ordinateur portable, mais il semblerait bien qu'ARM ait décider d'étendre son emprise dans à peu près tout ce qui calcule, à voir ensuite sur les performance monocœur, encore déterminantes sur bon nombres d'applications. (Source : WikiChip)

 

fujitsu siemens logo

 ARM sur tous les fronts : mobile, portable ; mais aussi calcul haute performance. Un pari réussi ? 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 5 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !