Quand le géant Intel propose son premier processeur à 17 qubits en version physique ; IBM fait le choix d'une disponibilité dans les nuages. Depuis mai 2016, une plateforme est accessible gratuitement afin de tester les premiers algorithmes quantiques disponibles sur un processeur à 5 qubits (accompagné d'une version à 16 qubits plus récemment) ; et force est de constater que le succès a été rencontré, avec pas moins de 60 000 utilisateurs soit 1,7 million d'applications au total (au vu des chiffres, les différentes révisions comptent).

 

Désormais, l'outil sera disponible en version commerciale (comprendre payante pour un usage professionnel). Les machines seront mises à jour pour l'occasion, avec un processeur à 20 qubits, toujours contrôlé par une interface web. En outre, un modèle à 50 qubit sera mis en démonstration à l'occasion de la Supercomputing Conference 2017, qui se déroule cette semaine à Denver le dernier dinosaure. Un framework entièrement libre, basé sur les retours de la version gratuite  (comme quoi l'early access, ça fonctionne vraiment sur tous les supports !) sera également fourni pour développer le code selon les paradigmes de la programmation quantique, en python uniquement.

 

Le passage à l'implémentation est crucial pour cette technologie, car si le temps d'exécution est théoriquement grandement réduit pour certaines tâches (certains problèmes très complexes deviennent structurellement plus simples, ce qui rendrait notamment obsolète le cryptage RSA, pourtant utilisé dans la plupart des applications sécurisées...), cela n'a encore jamais été vérifié de manière convaincante. Inconvénient notable, sur ces machines, le temps maximum d'exécution d'un programme est limité, les qubits perdant leur information après 90 microsecondes en moyenne. Cela est dû à la décohérence, c'est-à-dire l'interaction des qubits avec leur environnement, principal frein à leur développement.

 

 

Au niveau de l'emploi du temps, tout sera bouclé pour les premiers clients vers fin 2017, des mises à jour étant d'ores et déjà prévues pour 2018. Les machines nécessitant toujours un refroidissement extrême, il est encore trop tôt pour espérer une démocratisation rapide. Le cloud serait-il une réponse viable à ce problème ? (Source : EETimes et IBM)

 IBM va proposer des systèmes à 20 qubits parés pour une utilisation commerciale ; un processeur à 50 qubit étant en phase avancée de développement. 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 8 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !

 

Test • GeFORCE GTX 1070 Ti

Tueuse de VEGA ?   En mai 2016, NVIDIA lançait son architecture Pascal destinée aux joueurs via un premier GPU, alias GP104. Deux cartes graphiques furent c...

 

Test • RADEON RX VEGA 56

Un VEGA 10 plus pertinent ?   Après avoir laissé NVIDIA seul maître du segment haut de gamme pendant près de 15 mois, AMD a enfin lancé mi-août son nouv...

 

Test • Intel Z370 / Core i7-8700K / i5-8400 / i3-8350K

Coffee Lake, l'anti Ryzen d'Intel ?   Durant les années 2000 et consécutivement à l'échec de Netburst, Intel a mis en place la stratégie du Tick Tock, co...