Toujours imité, jamais égalé, voilà que le Raspberry Pi se fait à nouveau copier, cette fois-ci sous architecture x86 avec l’UP 4000 de chez AAEON. Voilà qui est intéressant, mais que trouve-t-on sous le capot ? Un Alder Lake léger ? Un retour de Lakefield ? Que nenni, il s’agit au choix d’un Atom E3900, un Celeron N3350, ou un Pentium N4200, c’est-à-dire de l’Apollo Lake, soit du 14 nm datant au bas mot d’il y a 5 ans !

 

Une disposition étrange, cet UP4000 ? [cliquer pour agrandir]

 

Bref, niveau CPU, nous restons sur du connu, au TDP minus de 6 W garantissant la possibilité d’un fonctionnement passif… mais mieux vaudra opter pour un bon radiateur dans ce cas. Côté connectique, le clone de la framboise imite son aînée avec 3 ports USB 3.2 Gen1, un HDMI pleine taille, un RJ45 Gigabit, un USB Type-C supportant le mode alternatif DiplayPort ainsi qu’un slot M.2 2230 pour le stockage. En interne, vous aurez le choix entre 2, 4 et 8 Gigots de RAM pour 16, 32 ou 64 Gio d’eMMC.

 

Outre la disposition inhabituelle — sur le Pi, le SoC est placé sur la face supérieure, et non celle inférieure, histoire de faciliter le refroidissement —, le bousin se monnaye entre 116,10 $ et 233,10 $. Pas vraiment donné donc face au prix plancher du Pi concurrent, surtout que ce dernier peut désormais également intégrer 8 Gio de RAM ; et nous doutons fortement de l’intérêt de Windows sur ce type de machine, bien qu’annoncé compatible, avec Linux. À voir si cette mini-machine trouve son public ! (Source : NotebookCheck)

 


Un poil avant ?

Quelles performances pour Milan-X, a.k.a. le 3D V-Cache des pros ?

Un peu plus tard ...

La guerre des bundles reprend entre AMD et NVIDIA

 Un miniPC x86, ça fait certes rêver sur papier, mais celui-là n'inspire pas vraiment confiance ! 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 7 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !