Gears of War 4 est là, avec son style si particulier : du couloir, mais de l'action soutenue et des scripts toujours plus intenses. Il y a comme toujours les adeptes et les détracteurs, mais c'est un titre majeur AAA animé par l'Unreal Engine 4, avec un zeste de DX12 et ses Async Compute. Ces dernières années, justement, les jeux de ce calibre qui étaient dévoilés en grandes pompes se sont souvent vus dégradés graphiquement entre les versions E3 et commerciale. Le champion poids lourd de la pratique se nomme Ubisoft, qui a remporté haut la main les titres 2012 et 2014 pour ses créations "comment j'ai pulvérisé et menti sur Far Cry 3 et Watch Dogs". Les résultats étaient flagrants entre les promesses et la réalité. En 2015, ce fut The Witcher 3 qui a eu la main un peu moins lourde en castrant les aventures de l'étalon Gégé de Rives, même si l'ensemble restait très équilibré et flatteur.

 

Alors on se demande si Gears of War 4 n'a pas subi la Downgradite aiguë. Les premières séquences du jeu avaient été dévoilées durant l'E3 2015, et nous voici plus de 16 mois plus tard avec la version finale dans les mains. Il est donc aisé de comparer les deux versions puisqu'elles ont le même contenu, et c'est Digital Foundry qui s'est coltiné les séquences. On peut voir que les différences ne sont pas majeures, et sont plutôt en faveur de la version UWP. En effet, le jeu semble un peu plus clair avec des shaders plus précis, et on peut voir des éléments de décor supplémentaires, une paire d'herbe par ici, des cailloux par là, etc. Rien n'est pour autant transcendant, mais ce sont des éléments en plus et non en moins, il est bon donc de le souligner quand c'est également dans ce sens. A vous de juger sur pièce.

 

Sur le comptoir, au même sujet

  
  
  
  
  

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 14 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !