Après s'en être pris à son connecteur et lui avoir imposé l'USB Type-C à partir de 2024, le smartphone est à nouveau dans le collimateur de la Commission Européenne !

Cette fois-ci, cette dernière a exprimé dans un nouveau projet de loi son intention de forcer les fabricants de téléphones intelligents et de tablettes à utiliser de meilleures batteries (c'est-à-dire plus endurantes), de s'assurer à ce que les mises à jour logicielles n'ont pas d'effets négatifs sur l'espérance de vie de la batterie (hop, petit tacle dissimulé à Apple ?) et de garantir pendant 5 ans minimum après la mise en vente de l'appareil la disponibilité d'au moins 15 pièces détachées différentes (notamment l'écran, la batterie, le chargeur, les plateaux SIM/carte mémoire, les coques arrières, etc.) aux réparateurs professionnels, mais aussi aux consommateurs ! L'objectif de fond est d'améliorer la réparabilité des smartphones et des tablettes, de réduire leur empreinte carbone en Europe et les déchets électroniques, et d'encourager le  recyclage.

 

Le projet de loi prévoit aussi l'introduction d'un nouveau label d'énergie pour les appareils concernés. Celui-ci sera semblable à ceux qui existent déjà. Il indiquera la durée de vie estimée de la batterie, ainsi que des informations sur la résistance de l'appareil vis-à-vis de l'eau, de la poussière et même des chutes accidentelles. Comme avec toute législation, des exceptions (parfois surprenantes) sont prévues. Ainsi, dans le cas où un fabricant ne serait pas en mesure de garantir au consommateur la disponibilité de ses batteries pendant 5 ans (mais auront-ils à se justifier ?), celui-ci devra se soumettre à des tests d'endurance et de qualité de la batterie pour s'assurer notamment à ce que celle-ci possède toujours au moins 80 % de sa capacité initiale après 1000 cycles de chargement. Par ailleurs, dans l'état, ces nouvelles règles ne s'appliqueraient pas aux appareils disposant d'un écran principal flexible (mais pourquoi ??) ni aux smartphones spécialisés à haute sécurité (pas touche aux téléphones des politiciens et autres dignitaires ou riches)...

 

logo commission europeenne officiel

 

Cette proposition semble pour le moins intrigante sur le papier et pour le coup parfaitement dans la lignée du travail effectué avec le port de chargement. De toute évidence, ces exigences devraient avant tout beaucoup contribuer à améliorer (ou compliquer ?) les choses pour les smartphones d'entrée et milieu de gamme en particulier. Cependant, la Environmental Coalition on Standards (mais aussi iFixit, l'EEB, la Right to Repair Campaign, la RREUSE et la Cool Products Campaign) estime que la Commission ne va pas assez loin et que le projet de loi pourrait encore être significativement amélioré. L'ECOS pense notamment que la fourniture de batteries durables et de pièces de rechange doit être la norme et le strict minimum à respecter, plutôt que de laisser le fabricant choisir ce qui lui convient. Pour le coup, on ne peut pas dire que les organismes susmentionnés ont tort.

 

Pour sûr, ça va « lobbyer » et râler dur dans les locaux européens. On doute fort que les fabricants soient très ouverts aux contraintes suggérées par ce projet de loi. On imagine aussi qu'ils feront de leur mieux pour contourner les règles d'une manière ou d'une autre dans le cas où la législation venait à être adoptée par l'Europe. Accessoirement, on peut aussi craindre que le critère logiciel (ne pas avoir d'impact négatif sur la batterie) ait pour effet de décourager le support logiciel des smartphones sur le long terme et l'introduction de nouvelles fonctionnalités. Dans ce cas, l'Europe devrait peut-être aussi songer à imposer une durée minimale de support logiciel à respecter (gros point faible d'Android en particulier), notion qui ne fait a priori pas encore partie du texte à ce stade, mais semblerait pourtant indispensable et serait d'ailleurs assez bienvenue.

 

Alors, bonne ou mauvaise idée ? Difficile pour l'instant de se prononcer de manière objective. Les arguments pour semblent au moins aussi nombreux que les arguments contre... Attendons de voir l'évolution du texte.

 

La page officielle de l'initiative, avec la feuille de route et les retours collectés
Un poil avant ?

Un effondrement des prix de la NAND TLC et QLC serait en vue !

Un peu plus tard ...

Après Sapphire Rapids, à qui le tour ? Emeraulds Rapids, pardi !

La Commission Européenne n'en a pas terminé d'embêter (pour la bonne cause ?) les fabricants de smartphones !

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 18 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !