C'est en mai que TSMC avait finalement craqué pour le projet américain d'une usine implantée en Arizona — pas n'importe quelle région, mais une localité qui dispose déjà d'une chaîne d’approvisionnement et d'un écosystème forts avec les présences de grands pontes américains des semi-conducteurs comme Intel (bah tiens) ! Entre-temps, la nouvelle a naturellement emballé les analystes (notamment taïwanais), qui y voient déjà le potentiel de carrément remodeler la chaîne d’approvisionnement mondiale de la production de semi-conducteur.

Parce que c'est un rêve américain, les élections (ou le coronavirus) n'ont a priori pas eu d'impact significatif sur l'initiative, le projet s'est récemment encore concrétisé avec le feu vert pour la dépense de 3,5 milliards de dollars pour la création d'une filiale en propriété exclusive du comité de direction de TSMC ! Ce montant représente la première part des 12 milliards que le fondeur prévoit de dépenser entre 2021 et 2029 pour ce projet cofinancé avec l'État de l'Arizona et le gouvernement fédéral US. L'affaire est donc en bonne voie pour respecter son calendrier, à savoir le début de la construction de l'usine en 2021 et le démarrage d'une production en volume pour 2024.

 

tsmc logo usa drapeau

 

Rappelons que la capacité initiale mensuelle du fab sera de (seulement) 20 000 wafers avec le 5 nm de TSMC (impliquant sans aucun doute ses différentes versions, N5 et N5P), et à terme peut-être le 4 nm — mais TSMC n'a encore rien dit à ce sujet ni d'ailleurs pour le 3 nm, dont la production en volume est planifiée à domicile pour 2022. Enfin, l'usine participera directement à la création de 1600 emplois et au moins autant indirectement.

Cette fab sera l'usine de TSMC la plus avancée hors de son pays d'origine. Le fondeur possède des usines à Shanghai, Nanjing, Camas (Washington, USA) et Singapour (copropriétaire), mais ses puces les plus avancées sont essentiellement toujours fabriquées dans ses usines taïwanaises. Certes, la capacité de la future fab arizonienne parait assez ridicule face aux 100 000+ wafers qu'une « Giga-usine » taïwanaise peut déjà traiter mensuellement, il faudra certainement plusieurs années avant que l'opération américaine puisse répondre à la demande des plus gros clients américains, comme Apple, AMD/Xilinx, Nvidia/ARM ou Qualcomm, ou voler au secours d'Intel. Néanmoins, cette usine va irrémédiablement aussi resserrer les liens entre les USA et Taïwan, et favoriser l'affaire de TSMC de puces militaires et non-militaires (par ailleurs, une nouvelle concurrence locale pour GlobalFoundries et Samsung Foundry) pour les besoins spécifiques du gouvernement américain, et forcément compliquer encore un peu les relations avec la Chine...

 

TSMC entre la Chine et les USA [cliquer pour agrandir]

 Une vision récente du statut de TSMC entre les deux puissances mondiales.

 

Pour l'anecdote et pour mettre ces 3,5 milliards de dollars un peu en perspective, le comité de direction a approuvé simultanément une enveloppe d'environ 15,1 milliards de dollars pour la construction de nouvelles lignes de production à Taïwan ! Un investissement massif pour une nouvelle fab à proximité de Hsinchu et qui servira à la production en 2 nm — d'ici les 5 prochaines années si tout va bien. TSMC dépense typiquement au moins une dizaine de milliards de dollars annuellement dans ce type d'investissement, autant dire que la somme allouée à l'usine américaine représente une goutte d'eau et que Taïwan n'est certainement pas prête de perdre son statut de bastion de la production de TSMC ! (Source)

 Tout se met place pour un début des travaux dès l'année prochaine comme prévu ! 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 5 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !