Si l’Intel Innovation a été l’occasion de sortir en grande pompe Alder Lake, la nouvelle génération de processeur des bleus, l’événement n’a pas non plus été aride de nouveautés sur le plan technique. Vous pensiez tout savoir grâce aux conférences précédentes ? Que nenni, mon enfant : le système mémoire à de quoi vous faire jacasser.

 

En effet, s’il était de notoriété publique que la douzième génération de CPU de la famille Core ferait usage de la DDR5 (officiellement à 4800 MHz maximum), la firme nous a préparé quelques surprises à ce niveau. Tout d’abord, les profils XMP évoluent. Introduits avec la DDR3 en version 1.0, puis perfectionné en 2.0 avec la DDR4, cette technologie a pour but de stocker directement dans la barrette un profil d’overclocking chargeable automatiquement. Hé bien, cette mouture DDR5/3,0 apporte quelques changements significatifs, notamment le passage à 5 profils dont 2 modifiables par l’utilisateur, ainsi que l’ajout d’un checksum permettant de vérifier l’intégrité du profil chargé.

 

Plus de profils mémoires à partir d'Alder Lake ! [cliquer pour agrandir]

 

Enfin, les bleus avaient dans le manche une technologie supplémentaire : le Dynamic Memory Boost. Kézako ? Tout simplement l’analogue du Turbo Boost pour la mémoire. Vous avez besoin de performances RAM, par exemple pour une tâche complexe sur l’iGPU ou une compression de fichier ? Hop, la RAM s’overclock toute seule pour passer à la fréquence XMP. Vous avez fini ? Hop, retour à la cadence nominale.

 

Comment ? Un boost mémoire ? [cliquer pour agrandir]

 

Si la fonctionnalité a tout son sens sur une plateforme mobile afin d’optimiser au mieux la consommation énergétique, nous sommes plus dubitatifs quant à son intégration sur CPU pour tour. Néanmoins, deux facteurs expliquent ce choix : d’une part, les puces, mobiles comme non-mobiles, partagent un design commun, il est donc plus facile pour les bleus de sortir uniformément son Memory Boost sur toutes les plateformes à la fois. D’autre part, la DDR5 introduit l’ajout de régulateurs de tension sur la barrette. Cela va de pair avec une consommation en hausse et une chaleur accrue : tous les prérequis nécessaires à l’utilisation opportune d’un boost histoire de tirer le maximum de l’enveloppe thermique disponible. Reste à voir les conditions d’application de ce boost, son fonctionnement étant 100 % transparent pour l’OS. Vite, vite, un test !


Un poil avant ?

La plus chère des Z690, elle vient d'ASUS, y a quoi dedans ?

Un peu plus tard ...

La Commission Européenne démarre officiellement son enquête de 90 jours pour la fusion NVIDIA-Arm

Les 13 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !