L'avenir nous dira si la donne changera après les élections US (pour le meilleur, comme pour le pire), en attendant, les sanctions déjà imposées par le pays aux constructeurs chinois empêchent ces derniers d'acheter quoi que ce soit ayant une once de technologie américaine auprès des entreprises américaines sans accord préalable du gouvernement US. Plus récemment, la punition avait été étendue aux entreprises étrangères exploitant des technologies US dans leurs affaires, ce qui a obligé TSMC d’arrêter toute production et livraison en faveur de Huawei, ainsi privé de sa source d’approvisionnement de semi-conducteur et laissé dans l'incapacité quasi complète de suivre les évolutions technologiques dans le domaine. Néanmoins, ces sanctions ont aussi largement motivé les entreprises chinoises de redoubler encore d'efforts dans la poursuite d'une autonomie — particulièrement technologique — dirigée par leur gouvernement, et il se murmure désormais que Huawei travaillerait à son tour sur le développement de ses propres moyens de production.

 

huawei logo 5g

 

En effet, Financial Times affirme que le géant chinois serait sur le point d'entrer le marché de la production domestique de semi-conducteur en s'associant avec Shanghai IC R&D, avec la particularité que l'usine n'utilisera aucune technologie américaine. La production pourrait encore commencer cette année. Le hic, c'est que le premier procédé de gravure à être utilisé serait en 45 nm — ce qui serait un sacré retour en arrière, surtout pour une entreprise dont le catalogue était jusqu'à présent largement en pointe ! On ne sait pas ce que Huawei planifie exactement et s'il compte réellement y produire des SoC 45 nm, par exemple pour ses smartphones. Cela dit, à moins d'une levée des sanctions ou d'un passe-droit accordé par les USA, Huawei ne semble pas vraiment avoir d'autres options pour l'instant, d'autant plus si sa survie est en jeu. Les capacités de l'usine ne sont pas connues, mais on peut penser que cela sera suffisant dans un premier temps, il faudra de toute façon faire avec les moyens du bord. Notez qu'une transition rapide serait déjà prévue vers un procédé 28 nm dès la fin de 2021. Qui sait, cette aventure (forcée) pourrait bien finir par payer sur le long terme. Ce qui semble déjà acquis, c'est que cette décision permettra logiquement à Huawei d'être indépendant vis-à-vis des USA, et de contrôler l'intégralité du hardware et software de ses créations ! (Source)

 Et si Huawei produisait pour lui-même dans ses propres usines ? Ok, mais à quel prix ?  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 5 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !