• Des chiffres ! on veut des chiffres !

La référence en test étant incompatible avec le LGA-2011 d'ordinaire utilisé pour nos dossiers, nous devons adapter quelque peu le protocole. Nous montons la bête sur un processeur de 77 W de TDP, trônant lui sur une Asus Maximus V Extreme. Nous ferons une première passe de chauffe avec les réglages par défaut, puis une seconde avec un TDP de 100 W environ. En face, nous avons mis le radiateur de base, puis un Intel BXTS15A comme indiqué en introduction, un be quiet! Pure Rock Slim et un Kraken M22 de chez NZXT histoire d'avoir un panel éclectique. Voilà ce que nous obtenons :

 

 

Les améliorations notées sur cette nouvelle révision concernaient principalement sa hauteur et la place qu'il libère pour la mémoire. Le reste étant à peu près identique, nous n'espérions pas de miracle. Pourtant, le Pure Rock Slim 2 s'en sort honorablement... face à son prédécesseur. Les températures relevées sur le processeur aux réglages d'origine montrent que la matière en plus permet au modèle de tenir un peu plus la route. Il parvient à refroidir notre puce sur toute la plage de réglages imposée, là où la première version échouera une fois la ventilation franchement ralentie.

 

Une fois la plateforme overclockée, le Pure Rock Slim 2 est malmené par l'ensemble des modèles du panel. Seuls le ventirad d'origine Intel et le Pure Rock Slim ne lui tiennent pas tête. Du mieux est tout de même à noter, bien que les températures soient assez hautes, une fois la régulation passée sous les 100%.

 

 

Concernant les nuisances sonores, nous restons sur quelque chose de similaire. Les deux be quiet! étant équipés du même ventilateur, les mesures sont à peu de chose près les mêmes. L'avantage reste à la première version, mais d'un poil, et ce sur les premiers paliers de régulation. Passé sous les 50 % nous retrouvons une parfaite égalité.

 

• Et il en pense quoi le Comptoir ?

comptoir 4starsVoilà cinq ans que le Pure Rock Slim occupe l'espace dans le bas de gamme. Il n'était pas le meilleur, mais avait le mérite d'offrir une qualité de finition un cran au-dessus de la concurrence. Sa compatibilité AMx était une force, même s'il fallait le positionner de façon peu conventionnelle. La relève arrive avec soulagement pour corriger cela et apporter son lot de petits agréments. Le Pure Rock Slim 2 profite lui aussi du même soin dans sa conception et sa finition. Il propose dorénavant une nouvelle fixation AM3/AM4 qui permet de le positionner convenablement et surtout sa croissance offrira une meilleure compatibilité mémoire sur les cartes mères premier prix. Si les modifications faites sur la surface de dissipation semblent de bon augure, nous accueillons l'abandon de la base pleine nickelée avec plus de réserve.
Les résultats en pratique sont pourtant assez parlant, car, si nous ne notons aucun gain significatif de température à pleine vitesse, le ventirad soutiendra plus facilement la charge d'un processeur à faible TDP lorsque sa vitesse est régulée. Quant aux nuisances sonores, elles n'évolueront pas, le modèle restant équipé du Pure Wings 2 PWM de 92 mm. Les améliorations portent leurs fruits, les modifications esthétiques permettent une plus grande compatibilité RAM et la nouvelle fixation AMD corrige enfin le positionnement sur ces sockets. Alors, un must have ? Certainement, si vous cherchez simplement à remplacer le ventirad stock de votre CPU et que la performance absolue n'est pas votre priorité. Pour moins de 30 €, le Pure Rock Slim 2 de be quiet! fait le boulot ! À l'issue de notre test, nous accordons au modèle 4 étoiles d'encouragement, même s'il reste un peu moins performant que certains produits concurrents dans ce segment tarifaire. La nouvelle fixation AMD lui sauve la mise.

 pure rock slim 2 conclusion

 



Les 10 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !