L'intelligence artificielle est l'une des applications phares de cette décennie, mais son développement demande toujours plus de puissance et pose des conditions particulières de son utilisation, ce qui ammène parfois des révision des microarchitectures employées, celles-ci étant souvent basées sur des concepts datant parfois des débuts de l'informatique moderne. De ce fait, certains changements devraient apparaitre dans les années qui suivent, avec des innovations quelque peu surprenantes ou incongrues à première vue. C'est le cas de Samsung aujourd'hui, qui sort de nouvelles puces HBM avec un petit plus qui fait la différence lors du traitement de gros volumes de données : du "compute-in-memory", c'est-à-dire que les blocs de mémoire disposent de petites unités de calcul pouvant traiter directement certaines informations sans passer par le CPU. Bien que la technologie soit présente depuis de nombreuses années dans la recherche académique, ces produits seront parmi les premiers à l'intégrer en masse cette technologie.

 

En effet, les puces HBM-PIM de chez le géant sud-coréen permettent de prémâcher le traitement des données en effectuant des opérations au sein des blocs mémoires eux-mêmes, réduisant l'impact conséquent des traitements liés aux IA sur la bande passante. En soit, il s'agit d'une version plus évoluée de faire du traitement en parallèle, ce qui optimise en effet le flux de bits, avec des gains annoncés par Samsung allant de 2 fois la puissance de calcul tout en réduisant de 70 % la consommation d'énergie, ce qui semble très prometteur sur le papier.

 

Toutefois, cela reste des modules prévus pour un domaine professionnel précis, et qui doit demander une plateforme très précise pour l'utiliser. Car nous sommes loin du fonctionnement et du budget de nos PC maison, ce genre de technologie ayant surtout sa place dans un super calculateur. La performance est tout de même impressionnante si elle se vérifie en situation réelle, bien qu'il va falloir s'attaquer à un sujet tout autant épineux : comment réussir à exploiter cette mémoire avec les langages de programmation actuels ? (source : Samsung)

 

samsung hbm pim cdh


Un poil avant ?

Taux de pannes Zen 3 : pas du tout en défaut en France

Un peu plus tard ...

Des WD Green SN350 pas bien fous et un WD Black SN750 4 To chez Western Digital

 Samsung a mis au point des puces de mémoire HBM intégrant des unités de calculs intégrées, afin d'accélérer le traitement des informations pour les IA... 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Yapa de ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !