Depuis les générations Rocket Lake et Tiger Lake (c’est-à-dire les 10 Core i7 et i9 de 11e génération pour ce qui est des PC de bureau, et tous les CPU de 11e génération pour le monde mobile), Intel a — pour une fois — cassé en partie sa rétrocompatibilité en abandonnant ses extensions SGX. A fortiori, la chose est encore plus vraie sur les derniers Alder Lake, dont la microarchitecture des P-Core est une évolution du tigre, et les E-Core des Atom — qui, quant à eux, n’ont jamais vu la couleur du SGX.

 

Mais, ce SGX, de quoi s’agissait-il ? Bien que percée par une flopée de failles héritées de Meltdown, l’extension partait d’une bonne intention : fournir une enclave, c’est-à-dire un environnement dans lequel l’OS lui-même ne pouvait ni interférer ni même déchiffrer le contenu des données. L’idée est alors de fournir une garantie matérielle de sécurité quant à la confidentialité de calculs, une fonctionnalité bien pratique dans le cloud, lorsque la confiance vis-à-vis de l’hébergeur est modérée... mais aussi dans des situations où l’utilisateur n’est pas considéré comme de confiance vis-à-vis des données utilisées. Comprenez ici que certaines protections antipiratages ne sont plus fonctionnelles : ce fut le cas d’une poignée de jeux vidéos, mais cela a été rapidement résolu.... et des Blu-ray.

 

En effet, la Blu-ray Disc Association requiert la présence du SGX pour lire ces disques en version UHD : on ne vous fait pas de schéma, cela ne fonctionne donc pas (légalement... car des alternatives fonctionnelles traînent sur le net) sur les derniers CPU. Pire encore, le fonctionnement du SGX est étroitement lié à celui de l’Intel Management Engine, ce qui permet à Intel de virer aisément la fonctionnalité sur des CPU plus anciens avec une simple mise à jour de pilote — automatisée sur les PC équipés de Windows. Magnifique ! D’autant plus que l’utilisation du SGX est une mesure à demi artificielle : rien ne nécessite dans la pratique de passer dans une enclave : les données des films pourraient tout à fait être déchiffrées directement dans la RAM en clair sans passer par la couche SGX ; mais cela rendrait encore plus facile la tâche de pirate qui souhaiterait extraire le film du Blu-ray. À voir ce que compte faire la firme responsable — sachant, au passage, que les CPU AMD étaient déjà incompatibles précisément à cause de ce point ! (Source : TechSpot)

 

intel leap ahead cdh


Un poil avant ?

Biostar, preum's sur le Z790 et le B760 !

Un peu plus tard ...

Ça alors, une RTX 3090 Ti coûterait donc beaucoup plus cher qu'une RTX 3090...?

Les 30 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !