Si les failles hardwares apportent un sérieux coup dans l'aile pour les CPU bleus, particulièrement lors d'utilisations sur serveur, il convient de rappeler que ces vulnérabilités touchent la grande majorité des processeurs Intel, a minima depuis l'architecture Nehalem. Or, c'est justement à partir de Nehalem qu'AMD s'est retrouvé à l'écart.

 

Enfourchez la DeLorean, et c'est parti pour une bataille d'un autre temps : Sandy Bridge et Ivy Bridge contre Bulldozer, avec un panel de 7 processeurs en tout. Sur des tâches allant des serveurs de base de données aux changements de contextes, mais sans passer par les jeux (il faut dire que les effets des correctifs y sont minimes), notre confrère Phoronix s'est attelé au décorticage des performances de tout ce beau monde une fois tous les patchs appliqués pour les corrections de Zombieload, Spectre, L1TF et autres Meltdown, hyperthreading activé ou non sur les CPU Intel.

 

Globalement, Intel perd au change, mais ne cède pas à son adversaire de toujours - pour les applications qu'il dominait à la base - même si cela se joue parfois de justesse ! La désactivation complète de l'hyperthreading est par contre fatale pour l'i3 testé, pas vraiment de surprise à ce niveau. Notons également que les processeurs grand public à 6 ou 8 cœurs sont aujourd'hui bien plus courants, ce qui a des conséquences sur l'optimisation de certains logiciels : comprendre que le test n'est pas représentatif de ce qu'aurait été la bataille en 2012. Pour le reste, il faudra cliquer sur le lien !

 

amd vs intel

Dediou, Marthy, on est revenu un peu trop loin sur ce coup !

 


Un poil avant ?

Adata XPG SPECTRIX S40G : du NVMe coloré

Un peu plus tard ...

Gamotron • Une autre théorie du chaos

Les 10 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !