Dans le monde de l'équipement informatique, ce qui pollue le plus dans la vie d'un produit est très majoritairement l'énergie et les matériaux (notamment certains produits chimiques spécifiques indispensables, comme le fluorométhane, le tétrafluorure de carbone et l'hexafluoroéthane) pour la production de son hardware, et non de l'électricité utilisée pendant l'usage dudit produit, et ceux-ci représentent parfois jusqu'à 2/3 des émissions carbone tout au long de sa vie - livraison, usage et élimination inclus - et plus de la moitié de celles-ci sont donc à attribuer aux circuits intégrés selon des chercheurs de Harvard.

 

Alors forcément, quand TSMC annonce du haut de ses 34 ans d'existence qu'il compte lui aussi aplanir sa courbe de croissance des émissions d'ici 2025 et atteindre la neutralité carbone d'ici 2050 (comme 70 % de l'économie mondiale s'est "engagée" à le faire), c'est probablement une bonne chose, mais c'est aussi très lointain (hop, encore un cadeau pour les prochaines générations) et c'est bien ambitieux pour une compagnie qui a produit 15 millions de tonnes de carbone en 2020 avec l'ensemble de son opération, correspondant grosso modo à ce que produit le Ghana chaque année. 62 % des émissions de TSMC sont directement liés à l'énergie.

Certes, le bilan carbone par wafer s'est déjà amélioré ces dernières années chez TSMC, mais avec le boom du semiconducteur que nous traversons actuellement, la course à la production et les nouvelles technologies parfois plus énergivores (l'EUV utilise 10x plus d'énergie que la lithographie DUV), les progrès en ce sens risquent de ralentir fortement ces prochains temps. TSMC a notamment estimé que ses futurs fabs 3 nm ponctionneront pas moins de 7,7 milliards de kWh par an, l'équivalent de 723 000 ménages américains (qui ne sont pas toujours réputés pour être très écolos). Avec ce même 3 nm, TSMC pourrait utiliser 7,2 % de toute l'énergie produite en Taiwan d'ici 2022, contre déjà 4,8 % aujourd'hui et dont la majorité provient du charbon et du gaz naturel. D'ici 2025, TSMC espère obtenir 25 % de son électricité à partir d'énergies renouvelables.

 

Pour commencer à améliorer un peu tout ça, TSMC s'est déjà engagé pour acheter toute l'électricité sur 20 ans produite par un futur parc éolien de 920 MW construit le long des côtes de l'ile et qui doit être achevé en 2026. Par contre, outre cette annonce, le fondeur n'a pas encore donné de nouvelle feuille de route très précise ni ne s'est étalé sur la manière dont il espère atteindre cette fameuse neutralité carbone d'ici 2050... Naturellement, la question se posera aussi tôt ou tard quant à l'impact que cela aura quasi inévitablement sur ses prix et donc les prix pratiqués chez clients. Mais entre consommation ou écologie, il n'est pas improbable qu'il faille un jour choisir... Bon, et le bitcoin dans tout ça, on en fait quoi ? (Source)

 

tsmc cdh green edition

Et à quand un redesign écolo du logo ? Avec du vert, la moitié du travail est déjà fait !


Un poil avant ?

ROG by IKEA va bien arriver en Europe, une sélection gaming de 5 à 500 € !

Un peu plus tard ...

REKT enrichit son catalogue avec 3 nouvelles références

 Comme l'Europe et une grande partie du monde, TSMC aussi veut être neutre du point de vue de ses émissions de carbones d'ici 2050. Mais la route est encore longue ! 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 27 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !