Cybersécurité, un mot que l'on entend fleurir de partout dernièrement, qu'il s'agisse d'affaires impliquant le NSA, les Chinois du FBI ou les Russes, tous les prétextes sont bon pour placer un mot qui inclus le terme "sécurité". Pourtant, avec le tout connecté vers lequel l'ont se dirige inlassablement, il faut reconnaître l'importance de la chose; à partir du moment ou un objet est connecté, il devient systématiquement vulnérable. Et parfois il peut s'agir d'objet massif tel qu'un Boeing 757.

 

boeing 757 trump haha

Le Boeing 757 de Trump, un hasard ?

 

Pour prouver la chose, le DHS (Departement of Homeland Security), en coopération avec des universités et des groupes de chercheurs privés, a procédé au hack - en seulement deux jours - avec succès du Boeing 757, via les fréquences radio utilisées pour la communication. Le test - dont tous les détails n'ont pas été partagés pour des raisons de sécurité - n'a pas été réalisé dans des conditions de laboratoires, ni d'ailleurs en situation réelle, mais plutôt dans un environnement de test "artificiel" comprenant des mesures de réductions des risques. Néanmoins, la DHS insiste qu'il ne faut pas minimiser les résultats obtenus pour autant, le danger est lui, bien réel.

Ce n'est pas sans rappeler l'affaire en 2015 du hackeur qui affirmait avoir réussi à s'introduire une vingtaine de fois dans le système et de prendre le contrôle au moins une fois des réacteurs d'un avion en plein vol, en étant lui-même présent à bord, et ce afin de mettre en évidence les failles de sécurité. Vraisemblable ou non, c'est certainement ce qui a inspiré la conduite de ces tests réalisés il y a un an, mais dont les résultats ont uniquement été dévoilés récemment lors d'une conférence.

 

Boeing s'est évidemment défendu en affirmant que son appareil est sécurisé et ne présente pas de vulnérabilités. Sachant que le 757 représente une belle part des avions en circulation notamment aux États-Unis, et que toute mise à jour de sécurité coûterait une fortune et prendrait un temps considérable à déployer, on peut comprendre que la nouvelle ne réjouisse pas le constructeur, et que celui-ci préfère  garder une certaine discrétion à ce sujet. D'ailleurs, seuls les avions les plus récents auraient été construits en considérant la cybersécurité, tels que le Boeing 787 ou l'Airbus A350.

 

trump fake news

L'analyse de la news selon POTUS... (humour)

 

Si l'exemple reprend ici le cas des autobus volants qui pullulent dans le ciel, à bord desquels l'utilisation du Wifi à  tendance à se démocratiser, il concerne aussi de près et de loin de plus en plus d'objets de notre quotidien, en passant par la machine à café et le toasteur, le tout connecté, pratique pour certains, inutiles pour d'autres, à ses limites et trop souvent ignore l'importance de la sécurisation de la connexion. Fort heureusement, il semblerait qu'une prise de conscience est en train de s’opérer, petit à petit...Il était temps.

 Passons sur du hardware de taille, avec le test d'un hack sur un Boeing 757. Ces gros autobus du ciel, sont-ils imperméables ?  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news

Ragotron : votez !

Et votre prochain PC il sera plutôt ...
 
Les 17 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !

 

Test • GeFORCE GTX 1070 Ti

Tueuse de VEGA ?   En mai 2016, NVIDIA lançait son architecture Pascal destinée aux joueurs via un premier GPU, alias GP104. Deux cartes graphiques furent c...

 

Test • RADEON RX VEGA 56

Un VEGA 10 plus pertinent ?   Après avoir laissé NVIDIA seul maître du segment haut de gamme pendant près de 15 mois, AMD a enfin lancé mi-août son nouv...

 

Test • Intel Z370 / Core i7-8700K / i5-8400 / i3-8350K

Coffee Lake, l'anti Ryzen d'Intel ?   Durant les années 2000 et consécutivement à l'échec de Netburst, Intel a mis en place la stratégie du Tick Tock, co...