On ne sait pas trop ce qui se passe en ce moment dans le petit monde fermé des CEO des grosses entreprises Tech ni quel genre de boite de Pandore aura ouvert la démission de Brian Krzanich sur fond de manquement supposé aux règles de non-fraternisation de l'entreprise, mais voilà maintenant qu'un troisième CEO claque la porte de sa boite après avoir été "invité" à le faire. Notre élu du jour, Brian Crutcher, CEO et président de Texas Instruments depuis 6 semaines seulement, est désormais déjà un ex-CEO/président puisqu'il a depuis déposé sa démission après avoir apparemment violé le code de conduite de sa compagnie. Décidément, les Brian ne savent donc jamais se tenir...

Une décision par ailleurs entièrement liée à son comportement personnel contraire aux valeurs et à l’éthique de l'entreprise et qui n'aurait en rien été motivée par la stratégie ou la situation financière de Texas Instrument. Tiens, c'est mot pour mot le même discours qui avait été servi par le comité d'administration de Rambus après avoir viré son CEO Ron Black.

 

Par contre, vous pouvez d’emblée remettre votre CV au placard, contrairement à Intel et Rambus, TI ne cherche actuellement pas à (re)pourvoir le poste de CEO puisque le comité de direction a déjà désigné Rich Templeton (l'actuel président du comité) pour assurer la fonction de CEO et de président à la tête de la compagnie ! L'individu a déjà dédié 14 années de sa vie au bienfait de la compagnie et à son succès, c'est donc un choix assez évident. En tout cas, il semble bien motivé par ses nouvelles fonctions, certainement pas peu fier d’être enfin devenu calife à la place du calife :

 

I have tremendous pride in this company, and passion for continuing to make TI even stronger and better," said Rich Templeton, TI chairman, president and CEO. I remain dedicated to moving TI forward with an unwavering commitment to operate ethically and conduct ourselves professionally in everything we do.

 

Les vraies raisons des départs de Brian Crutcher, Ron Black et Brian Krzanich resteront probablement pour toujours un mystère. Peut-être sont-ils tous membres d'un même groupe occulte à la Skull & Bones s'adonnant périodiquement à de la magie noire le dimanche soir après avoir un peu trop picolé, nous ne le saurons jamais. Ce que l'histoire ne nous a pas encore dit, c'est si ces 3 ex-CEO ont bien reçu leur parachute doré après leur "départ". Au vu des circonstances, peut-être pas. En ce qui concerne Brian Crutcher, il était certainement encore de toute façon dans sa "période d'essai".

Financièrement, TI semble plutôt bien se porter. L'entreprise a cumulé un revenu de 4,02 milliards de dollars au second trimestre, soit 9% de hausse sur un an et un dividende de 1,40$ par action. Bref, a priori pas de quoi sacquer un CEO fraîchement recruté. Bon, qui sera le prochain maillon faible ? (Source)

 

logo maillon faible tf1

Brian, tu es le maillon faible. Au revoir !

 Brian Crutcher, CEO de TI depuis seulement 6 semaines, a déjà été poussé à la porte après avoir violé le code de conduite de la compagnie... Une nouvelle tendance ?  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 15 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !