Et pour changer complètement son noyau ?

En sus du système de mise à jour classique servant aux applications, Manjaro propose également une surcouche maison de choix de version du noyau. En règle général, ces nouvelles moutures apportent plus de performances ainsi qu'une compatibilité étendue : tout bénef !

Vous pouvez y accéder directement soit en cliquant sur les notifications vous informant d’une mise à jour disponible de ce composant, ou directement via l’application « Paramètres », icône « Manjaro Gestionnaire de paramètres », puis « Noyau ».

 

Vous pourrez également installer les pilotes propriétaires (par exemple, pour les cartes NVIDIA, cf section suivante) dans ce même menu « Matériel », puis « Configuration matérielle ».

 

Un changement de noyal ? Facile ! [cliquer pour agrandir]

 

Une fois arrivé sur la fenêtre de sélection du noyau, l’OS vous propose différentes versions, classées du plus récent au moins récent. Selon la nomenclature Linux, les moutures sont en X.Y.truc, où X.Y est le numéro de version (par exemple 5.11) et « truc » la rustine actuellement disponible, par exemple 18-1 ; formant ainsi le noyau sauce 5.11.18-1. Manjaro vous recommandera un noyau parfois ancien, car stable (ici le 5.15). Si vous voulez être à 100 % sereins, la dernière LTS — Long Term Support, c’est à dire version bénéficiant d’un support allongé, particulièrement prisé des professionnels - fera tout aussi bien l’affaire ; à moins que vous ne préfériez vivre à la pointe de la technologie et opter pour le kernel le plus récent, troquant une meilleure prise en charge du dernier matériel contre, possiblement, quelques bugs par-ci par-là.

 

Un choix cornélien ? [cliquer pour agrandir]

Au pire, vous pouvez toujours revenir sur votre choix après coup !




Un poil avant ?

AMD et GlobalFoundries ne sont plus exclusifs !

Un peu plus tard ...

SK Hynix voudrait aussi aider le marché des semiconducteurs à sortir de sa pénurie

Les 23 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !