COMPTOIR

Diverses informations, en vrac
Le gestionnaire de mises à jour

Pour les mises à jour, la philosophie est totalement aux antipodes de Windows : seule une icône de la barre de notification vous indique que des nouvelles versions sont disponibles : mint20 update icon ! Cliquez dessus : le gestionnaire de mises à jour se lance.

 

Le gestionnaire de mise à jour : premier lancer [cliquer pour agrandir]

 

Validez, puis cliquez sur la bannière bleue permettant de sélectionner un miroir de dépôt local ; votre mot de passe vous est demandé. Choisissez celui ayant le meilleur débit : il s’agira du serveur à partir duquel Linux ira télécharger ses mises à jour. Ici, il s’agit de remi.lu pour les paquets principaux et es-mirrors.evowise.com pour les paquets de bases.

 

Le gestionnaire de mise à jour : choix du mirroir [cliquer pour agrandir]

 

Appuyez ensuite sur « OK » dans le bandeau vert vous demandant de mettre à jour le cache APT, puis fermer la fenêtre « Source de logiciels ». Cliquez ensuite sur le bouton « Appliquer les mises à jour » pour mettre à jour le gestionnaire et, quelques saisies de mot de passe plus tard, vous devriez arriver à ceci :

 

Tant de paquets, on se croirait à Noël ! [cliquer pour agrandir]

 

La liste affichée contient tous les logiciels possédant une version plus récente. Laissez-les tous cochés (comportement par défaut) puis cliquez sur « Installer les mises à jour », et validez la fenêtre indiquant que de nouveaux paquets seront installés : il s’agit simplement de dépendances des logiciels existants. Nouvelle saisie du mot de passe, puis s’en suit les phases de téléchargement puis d’installation.

 

Toujours plus de paquets ! [cliquer pour agrandir]

 

Après un certain temps dépendant de la vélocité de votre machine, vous devez enfin arriver à cet écran :

 

Tout s'est bien passé ! [cliquer pour agrandir]

 

Félicitation, vous avez un Linux Mint à jour (il vaut mieux, à ce stade, redémarrer pour être sûr de ne rien avoir cassé) ! Attention, le système de mise à jour est par contre très peu intrusif : à vous de les effectuer régulièrement, il n’y aura pas de rappel !

 

Le clavier : de légères différences

Notez que la disposition du clavier est légèrement différente de celle de Windows : la touche Verr. Maj., un fois enclenchée, ne permet pas de taper des chiffres sur la rangée de touches supérieures de clavier, mais utilisera à la place la version majuscule du caractère spécial, par exemple É sur 2, È sur 7, À sur 0, et les mêmes caractères spéciaux que sans la touche Verr. Maj. activée pour les autres. En fait, Verr. Maj. permet de taper avec les mêmes doigtés qu’en minuscule un texte en majuscule.

 

Souci d’horloges en dual boot

Dans le cas d’un double boot avec Windows, l’horloge interne peut être inexacte entre les deux OS. En effet, Linux considère que votre horloge hardware doit être réglée sur l’UTC, et que les décalages horaires sont ensuite appliqués sur le système par l’OS, alors que Windows préfère directement régler l’horloge hardware sur la bonne heure. Vous pouvez ainsi vous retrouver avec une ou deux heures de retard une fois rebooté sur l’OS à la fenêtre : oups ! Pour pallier ce problème, rendez-vous sous Linux Mint, puis ouvrez votre terminal désormais moins inconnu, et tapez la commande suivante (il faudra rentrer votre mot de passe, sudo oblige) :

sudo hwclock --systohc --localtime

 

Qui fera exactement ce que nous cherchons, c’est-à-dire régler l’heure matérielle sur l’heure locale, tout comme Windows.

 

En cas de souci

Encore une fois : le comptoir n’est pas, et de loin, la meilleure source de réponse à vos problèmes si Linux Mint refuse de démarrer ou d’exécuter un de vos programmes favoris. Pour l’installation, le wiki se révélera une source sûre, tandis que le forum vous permettra de faire connaissance avec la communauté, en générale enthousiaste à l’idée d’accueillir des nouveaux membres.

 



Un poil avant ?

Machine Learning et performance des accélérateurs : un terrain propice aux entourloupes

Un peu plus tard ...

Où en est Cyberpunk 2077 ?

Les 114 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !