• Indices comparatifs

Même si le résultat de chaque test est plus important et judicieux qu'un indice global, qui par essence ne traduit que le comportement moyen des solutions évaluées ici avec ce panel de jeux (et les scènes retenues parmi ces derniers !) masquant ainsi des résultats bien différents selon les situations de test, ce dernier permet toutefois en un coup d’œil d'établir une hiérarchie. Voyons donc comment se comporte la nouvelle venue : nous avons pour cela réalisé des indices pondérés de chaque jeu et exprimé les résultats en attribuant la valeur 100 à la XFX RX 460 OC.

 

En Full HD sur cet indice moyen, l'Asus RX 560 Strix Gaming OC devance d'un peu plus de 12 % la RX 460 OC. Cet écart serait d'ailleurs moindre si les 2 Go de cette dernière ne l'avait pas fortement pénalisée sous Doom. Bien sûr, il s'agit dans les 2 cas de modèles overclockés (une RX 460 de référence que nous avions simulée étant par exemple 6 % moins rapide que la carte de XFX) et même si ce dernier se limite au seul GPU (4 % pour l'Asus Strix), l'augmentation de l'enveloppe thermique maximum place la carte quelques points au-dessus du niveau de performance d'une RX 560 respectant les spécifications de référence. L'augmentation de 20 % de la puissance de calcul et texturing ne suffit donc pas, en toute logique, à transformer un Polaris 11 (devenu 21) trop limité sur d'autres points.

 

Les GTX 1050 testées ce jour conservent donc l'ascendant pour une dizaine de pourcents si on se base sur les modèles de référence de part et d'autres. Ce n'est par contre plus une domination de tous les instants puisque sur notre panel de jeux, 9 voient la victoire des 1050, 4 celle de la RX 560 et une égalité alors que la RX 460 (overclockée) se contentait d'une seule et unique victoire, pour un nul et 12 défaites. Le duel de GPU complets (1050 Ti vs RX 560) est par contre à sens unique avec +25 % en moyenne et 13 victoires pour un nul en faveur du GP107. AMD semble avoir conçu un P11/21 trop petit pour lutter à armes égales comme le fait P10/20 avec GP106 dans le segment supérieur.

 

À ce sujet, il est intéressant de noter l'écart très important séparant ces 2 segments, avec des performances en croissance de 65 à 76 % de leurs grandes sœurs par rapport aux cartes testées aujourd'hui. De quoi se poser légitimement la question d'un investissement supérieur, si tant est que la folie du mining  prenne fin et que l'on retrouve des tarifs raisonnables dans cette gamme. Dernière remarque à ce sujet, la charge imposée aux RX 470 et GTX 1060 3 Go étant relativement faible (pour s'adapter aux 560 /1050), cela ne traduit donc pas forcément le rapport de force entre ces dernières avec une charge plus adaptée et typique de ce que leurs capacités permettent.    

 

 

 

• Overclocking

Débutons notre séance d'overclocking par l'Asus RX 560 Strix Gaming. Nous utilisons bien entendu l'excellent Wattman pour pousser le GPU et la mémoire dans leurs derniers retranchements et validons ces fréquences par 20 mn sans souci sous The Witcher 3. Au final, c'est plutôt pas mal côté P11 avec +11 % par rapport aux spécifications d'AMD et +6,7 % par rapport aux fréquences d'Asus. Pour la mémoire, nous atteignons les 9 Gbps sans souci (+14,2 %), limite imposée par Wattman. Tout cela nous conduit à un gain de 6,8 % pour l'Asus RX 560 Strix Gaming et une consommation en hausse de 1,6 % à 108,7 W.

  

gpuz rx560 strx oc

L'Asus RX 560 Strix Gaming overclockée

 

Nous utilisons l'utilitaire eVGA Precision XOC dans sa version 6.1.13 pour pousser la limite de température et les fréquences. À noter que les 2 GTX 1050 ne disposant pas d'alimentation auxiliaire, il n'est pas possible d'augmenter leur limite de consommation. Inutile donc d'overclocker sachant que la carte arrive souvent à cette dernière ? Eh bien pas forcément, puisqu'il faut garder à l'esprit le mode de fonctionnement des cartes du caméléon : la fréquence évolue selon une courbe constituée par un couple bin (un "pas" de 13 MHz) / tension. Overclocker correspond donc à appliquer un offset (décaler la courbe) de x bins pour une tension inchangée. On peut donc obtenir plus de performance pour une même consommation, cette dernière augmentant plus vite (au carrée de la tension) par ce biais, que par la fréquence. Si c'est stable, c'est tout bonus d'autant que dans le cas d'une 1050 sans connecteur externe, on sera toujours limité à l'enveloppe thermique maxi allouée.

 

Voyons ce que l'on peut tirer de notre Asus Phoenix GTX 1050. Côté mémoire, nous avons réussi à pousser cette dernière de 175 MHz (+10 %), sachant qu'il s'agit de puces déjà overclockées (certifiées pour 1500 MHz), ce n'est pas si mal. Après stabilisation de la fréquence du GP107 (GPU Boost 3.0 abaissant cette dernière d'un bin tous les 5 °C à partir de 37 °C et autant que nécessaire pour ne pas outrepasser les limites de température et consommation), nous obtenons une valeur stable à 1759 MHz pour un gain de 7 % et une consommation quasi inchangée (+0,8 W mesuré), en toute logique puisque nous sommes déjà proche de la limite imposée à la carte, lors de ce jeu. 

  

gpuz 1050 ph oc

L'Asus Phoenix GTX 1050 overclockée

 

Finissons par la KFA² GTX 1050 OC LP, bien entendu toutes les remarques énoncées précédemment concernant l'overclocking des GeFORCE restant valables, nous ne les répéterons donc pas. Le constructeur semble avoir réussi à pousser la limite de consommation de la carte plus loin que la GTX 1050 Phoenix malgré l'absence d'alimentation externe, alors que NVIDIA n'autorise normalement pas cela (ou alors l'estimation interne de la consommation est plus généreuse sur cet exemplaire). Pas de panique pour autant, nous avons vérifié que la carte ne tirait pas plus que la maximum autorisé sur les rails 12 V du port PCIe, ce qui est n'est effectivement pas le cas, avec même une marge de sécurité et ce malgré l'overclocking. La KFA² s'avère plus docile que notre première 1050 puisque nous avons été capable de stabiliser un peu plus de 2 GHz pour la mémoire (+14,8 % pour des puces certifiées cette fois à 1750 MHz) et côté GPU 100 MHz de plus que sa concurrente, conduisant à un gain de 11,7 % par rapport à la carte @stock. La consommation augmente de son côté de 2,4 W (+3,9 %).     

  

gpuz 1050 lp oc

La KFA² GTX 1050 OC LP overclockée

 

Passons à la tenue des fréquences page suivante.





Les 8 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
prévention anti troll, loguez-vous !ouverts aux ragoteurs logués