Pince ampèremétrique

• Consommation des cartes seules

Pour déterminer la consommation des cartes graphiques seules, nous avons introduit fin 2015 un protocole s'appuyant sur un Riser PCIe 16X à partir duquel nous "extrayons" les différentes alimentations 12 V et 3.3 V fournies par ce port. Nous mesurons ensuite les tensions et intensités sur ces alimentations, ainsi que celles externes (connecteurs PCIe à 6 ou 8 pins) à l'aide de 3 pinces ampèremétriques Fluke 325 et d'un multimètre Fluke 179, pour calculer la consommation réelle des cartes.

 

• Consommation au repos

Les cartes à base de Turing s'avèrent légèrement moins économes dans ces conditions que leurs devancières Pascal. NVIDIA ayant toutefois corrigé les problèmes présents au lancement à ce niveau, le résultat est dans l'absolu correct, même si la RTX 2080 SUPER s'avère légèrement plus gourmande que sa devancière dans ces conditions.

 

 

• Consommation en charge

Comme nous l'avons vu page 17, la RTX 2080 SUPER est limitée par son enveloppe thermique maximale, on retrouve donc des valeurs proches de cette dernière (250 W) et ce quelque soit le jeu testé.

 

 

 

• Efficacité énergétique

Afin d'évaluer l'efficacité énergétique des cartes, nous réalisons un indice basé sur les performances et consommations respectives de ces dernières, lors des sessions de mesure. Bien entendu, cet indice ne représente que la situation au travers des jeux mesurés, avec ces scènes et niveaux de détails (on note d'ailleurs une variation significative du ratio selon le jeu). Les cartes s'appuyant sur Turing régressent légèrement sur ce test face à la GTX 1080. Cela s'explique par une température plus élevée de la pièce (impossible de maintenir moins de 25°C lors des tests vu la canicule durant les mesures), conduisant à une limitation par cette dernière plus rapide sur la carte Pascal, soignant d'autant le ratio. On soulignera que les progrès des pilotes côté verts permettent de reprendre l'ascendant (de peu) face à la RX 5700 sous Battelfield V pour les meilleures, tout ceci reste cependant très serré. Sous ce même jeu, la RTX 2080 SUPER se montre légèrement moins à l'aise que ses comparses RTX, du fait d'un TDP en hausse notable, sans que le gain en performance suive la même inflation. A contrario, la nouvelle venue parvient à devancer la RTX 2080 originelle sous The Witcher III, plutôt sensible à la bande passante mémoire côté performance. 

 

 

Il est temps de passer, page suivante, à notre verdict.




Les 32 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !