Ampere Computing continue de développer son offre ARM 16nm et plus précisément des machins 32 avec pleins de cœurs destinés surtout à venir faire la nique à Cavium et Qualcomm, et vise aujourd'hui le marché glouton des data-centers, où Intel règne d'ailleurs encore et toujours en maître avec ses processeurs x86, loin devant AMD toutefois aussi impliqué ! Tout ce petit monde ne joue évidemment pas nécessairement sur un même tableau, un ARM 32 cœurs n'arrive pas à la cheville d'un EPYC 32 cœurs par exemple ou encore d'un Xeon d'Intel, mais l'écart serait cependant en train  de s'amenuiser à chaque génération, sans oublier un avantage certain sur la consommation en faveur des processeurs ARM.

 

Nous n'en sommes pas encore là, ce qui n’empêche pas Ampere Computing d’étoffer son catalogue avec le premier batch de processeurs ARM commercialisés entre 550 et 850$. À en croire le communiqué de la compagnie, la gamme profiterait déjà d'une clientèle plus ou moins importante, mais dont les noms n'ont pas tous été dévoilés, hormis celui du géant Lenovo et sa division Data-center Group. Enfin, en dépit de la domination d'Intel sur ce segment, Ampere Computing espère bien raboter un peu les 90% de parts de marchés encore détenus par le fondeur de Santa Clara chez les gros data-centers.

 

Oh surprise, c'est (évidemment) TSMC qui sert de partenaire-fondeur pour cette première série de la puce ARM eMAG spécialisée pour l'Hyperscale Cloud Computing. En fait, les caractéristiques de l'engin sont déjà connues depuis février, puisqu'il nous avait déjà été donné de les découvrir sous le nom X-Gene 3, et il s'agit aujourd'hui ni plus ni moins du même bout de silicium, si ce n'est qu'une déclinaison 16 cœurs vient compléter le tableau avec un tarif de 550$.

 

ampere computing emag arm 32 coeurs [cliquer pour agrandir]

 

Déjà tourné vers le futur et un peu pour gonfler le torse face à un Intel se butant encore et toujours contre la barrière du 10nm, Ampere a annoncé qu'il se servira bien entendu du procédé 7nm déjà en bonne marche chez TSMC (et désormais le seul fondeur majeur à être sur le coup). Ce qui veut dire que les futurs ARM d'Ampere pourraient profiter d'une consommation encore réduite tout en augmentant les performances de l'ensemble et maintenant un niveau de prix bas, et ainsi peut-être être en mesure d'attirer les regards de géants tels que Google et Facebook que l'on imaginera comme les Saint-Graals en matière de clientèle (ou presque), surtout pour une start-up.

Pendant ce temps-là, Intel ne devrait pas être en mesure de proposer du 10nm sur serveur avant l'aube de 2020, de quoi laisser certainement une bonne marche de manœuvre à Ampere Computing, AMD et tous les autres ne demandant qu'à exploiter cette opportunité !

 

Pour la petite anecdote purement informative, il faut savoir que c'est Renee James qui dirige actuelle Ampere Computing. Ancienne Président Intel, elle a dédié 28 années au service du fondeur avant de quitter ses fonctions en 2015, soit deux ans après avoir été nommée Président par le CEO entrant la même année, Brian Krzanich. Renee James se trouve actuellement aussi sur la liste des quelques candidats potentiels pour récupérer le poste récemment laissé vacant par Brian, mais elle aurait déjà fait savoir qu'elle ne considérerait l'offre uniquement si Intel rachète la startup Ampere Computing... (Source)

 

ampere computing

 L'ARM 32 cœurs, mais maintenant aussi avec 16 cœurs, continue de faire son chemin en 16nm chez Ampere Computing. Suffisant pour manger un peu du gâteau data-center ? 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 4 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !