X11 : Pour 1 400 balles, t'as plus rien. Ah ! Si : un ultrabook super léger !

 

Tenez-vous bien : un châssis en fibre de carbone, une charnière en aluminium, un touchpad en fibre de verre ; ou encore même par ses évents d'aérations, le petit dernier de la marque taïwanaise est clairement inspiré par le sport automobile. Jusque dans sa fiche technique puisque nous retrouvons au sein de la bête une puce Ivy Bridge mobile et son H77M, un SSD, tout ce petit monde à la norme ultrabook. Pour parfaire l'ensemble, le X11 passe sous la barre symbolique du kilogramme avec seulement 975g sur la balance, le tout pour 1,65cm d'épaisseur maximum, soit le portable "le plus léger au monde" (en excluant donc les ultraportables pour ceux qui en feraient la remarque, ainsi que le Lavie Z de Nec annoncé au début du mois de juillet dernier) promettait la firme au terme d'un teasing savamment orchestré en mai dernier. C'est parti pour un tour du propriétaire, gratuit en plus.

 

test : gigabyte X11

 

Premier contact (comme dans Star Trek)

La fibre de carbone semble avoir la faveur des strass et autres paillettes des constructeurs de mobiles. À l'instar de Lenovo et de son X1, de Dell et son XPS 13, de Sony et son très mignon Viao X ou encore du Luvbook X de chez Mouse Computer qui est l'exacte réplique du X11 présenté ce jour (des clones à venir sur le marché ?), on en entend de plus en plus parler du fait de sa légèreté et de ses propriétés physiques, alors que les premiers produits débarquent, ou sont sur le point de le faire, sur le marché. Sur photo ou au toucher post traitement oblige, bien malin celui qui pourra faire la différence avec un plastique de bonne qualité, à la différence que certains revêtements sont traités anti traces ce qui n'est pas vraiment le cas du X11 dans cette finition "diamant" propre au modèle le plus huppé des X11 (pour la version i5, la finition est plus basique). L'avantage si vous avez une bonne vue, c'est que vous pourrez reconnaitre facilement votre portable ultrabook via les empreintes digitales imprimées sur la coque. Soyons clairs, sur cet aspect on est assez éloigné du feeling rencontré sur les Macbook Air de génération actuelle, ou pour rester dans un carcan plus Intel-ien des Zenbooks d'Asus ou serie 9 de Samsung.

 

gigabyte x11 - 4 leds et pas une de plus ! [cliquer pour agrandir]gigabyte x11 - après un impact [cliquer pour agrandir]

AG: seulement 4 LEDs d'état. AD: la face intérieure de la coque, non traitée, qui laisse apparaitre le traissage de la fibre .

gigabyte x11 - après un impact [cliquer pour agrandir]gigabyte x11 - monsieur, vos papiers SVP [cliquer pour agrandir]

La finition diamant et ses contraintes : conséquences d'un impact franc à gauche, traces de doigts à droite (volontairement exagérés sur la photo)

 

Sur la question de la solidité, la fibre de carbone est connue pour sa flexibilité plus que pour sa résistance aux chocs, et c'est bien le cas ici : l'ensemble plie facilement sous la pression et ne craint pas les impacts diffus (la dalle LCD risque de ne pas aimer du reste) par contre il n'appréciera guère être la victime de chocs ponctuels. Comme nous devions rendre la machine en bon état pour nos confrères, nous n'avons pas trop joué sur ce terrain, mais a priori, la machine dans cette finition souffrira un peu plus qu'à l'accoutumée d'un mauvais traitement à son égard.

 

gigabyte x11 - flanc droit [cliquer pour agrandir]gigabyte x11 - flanc gauche [cliquer pour agrandir]

Ultrabook oblige, la connectique disponible est réduite à deux ports USB dont un à la norme 3.0, un mini display port , un combo jack et un port micro SD. Mais Mr Ggabyte pourquoi diable un seul port USB 3.0 ?gigabyte x11 - angle douverture du moniteur [cliquer pour agrandir]

Une charnière qui bloque l'ouverture à +/-130°. À peu près les mêmes angles de vision constatés sur la dalle TN.

 

Quant à son look général, même si cela reste un point assez subjectif, il nous laisse un peu perplexes. Alors que l'engin mise sur son poids plume, l'emploi de matériaux nobles et de composants récents pour ce segment de machine, le design se veut tout en rondeurs. Du châssis au touchpad en passant par les touches du clavier, cela lui confère un embonpoint visuel à l'antithèse des tendances actuelles (y compris dans le milieu automobile duquel le X11 est censé être inspiré) très angulaires avec des arrètes marquées, des couleurs constrastées ou des alternance de matériaux soulignant les mensurations diététiques des machines. Un choix curieux de la part de Gigabyte, quand l'un des axes de l'offre Ultrabook repose sur leur design très épuré.

 

Ceci étant, la finition est bonne, les différents éléments s'assemblent bien et restent à leur place, les vis sont peu visibles et les plastiques utilisés de bonne facture, d'autant que la présence d'aluminium rehausse encore l'ensemble. On pourra peut-être déplorer des bezels très larges autour de la dalle, 11,6" oblige, mais également marqués sur les pourtours du clavier ; dommage que Gigabyte n'ait pas pu (ou voulu ?) profiter de cet espace pour réduire encore les dimensions globales du X11.




Les 20 Ragots