Maxwell : pas la peine d'en rajouter !

 

Le principal facteur conduisant à l'amélioration des performances d'une génération de GPU à une autre est l'augmentation du nombre d'unités de "traitement" présentes dans ces derniers, point directement corrélé avec une finesse de gravure en progrès permettant à taille de die similaire (et donc coût de fabrication/consommation), d'augmenter significativement leur nombre. Pourtant, depuis le début de l'année 2012 et l'introduction des premiers GPU gravés en 28 nm, rien n'a réellement changé à ce niveau du fait de la difficulté pour TSMC (et ses concurrents) à graver des puces conséquentes en 20 nm et de la priorité accordées aux concepteurs de SOC destinés à la mobilité qui proposent des volumes à produire bien supérieurs. Pour autant, le caméléon décide de lancer malgré ce relatif immobilisme des process, une nouvelle gamme de cartes graphiques animée par le GM204, un GPU employant l'architecture Maxwell (révisée), déjà entrevue sur la GTX 750 Ti et faisant la part belle à l'efficacité énergétique. De quoi compenser la réutilisation du 28 nm pour la gravure de cette puce ? Verdict au sein d'un panel de 10 cartes et 20 jeux.

 

Test CDH : NVIDIA GeFORCE GTX 970 & 980





Les 223 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
Verrouillageouverts aux ragoteurs logués