Voilà qui ne manquera pas de faire jaser les amateurs de théories du complot, surtout dans ce contexte de marché de la NAND soumis à la poigne de quelques acteurs et d'un cours fortement en berne depuis 2018. Néanmoins, les vrais accidents peuvent toujours arriver malgré les précautions et la quantité de contre-mesures, y compris dans des usines généralement réputées pour être la pointe de la technologie (ce qui ne veut pas dire que l'ensemble de l'infrastructure l'est assurément). Pour l'anecdote, c'est une histoire qui ne manquera pas nous rappeler l'incident subit par Samsung en mars 2018, et déjà à cause d'une coupure de courant. 

 

L'incident s'est produit le 15 juin au Japon dans la province de Yokkaichi, la région où se trouve cette usine majeure du joint venture Toshiba-Western Digital, et où une "simple" coupure de courant de 13 minutes a mis à l'arrêt l'ensemble des lignes de productions des Fab 2, 3, 4, 5 et 6 - où sont manufacturés 35% de la production mondiale de NAND en termes de revenus -, ainsi que le centre de R&D ! Une coupure d'une telle durée est tout de même franchement énorme pour ce genre d'usine moderne où l'on gère habituellement surtout des microcoupures de l'ordre de quelques millisecondes, un raté qui sera certainement mauvais pour l'image de Toshiba/WD et la confiance accordée par la clientèle.

 

En attendant, l'impact immédiat fut la perte approximative estimée par Toshiba à l'équivalent de 6 exaoctets de NAND, soit la moitié de l'approvisionnement en NAND de Toshiba/WD  et à peu près 16,5% de l'ensemble de l'industrie pour Q3 2019 selon certains analystes.  Ces derniers affirment aussi que la perte pourrait en réalité grimper jusqu'à 9 exaoctets, en sachant que la production est actuellement toujours encore partiellement suspendue au moins jusqu'à mi-juillet le temps d’évaluer les dégâts subit par les outils et les équipements des différents fabs.

 

Entre la perte conséquente de NAND, les dégâts matériels potentiels aux lignes de production et une image de marque fraîchement écornée, des conséquences financières se feront immanquablement ressentir de toutes parts, chez Toshiba peut-être plus que chez Western Digital, le japonais était aussi celui exploitant le plus ces usines. Vu la taille de l’opération à Yokkaichi, cette perte en approvisionnement pourrait également avoir une conséquence sur les prix de la NAND 2D et 3D sur le court terme. Cependant, les prix des contrats ayant très majoritairement déjà été négociés pour le 3e trimestre de l'année, et peut-être même pour le dernier, une influence sur les prix n'est pas acquise dans l’immédiat. En parallèle, il serait aussi surtout intéressant de connaître les vraies causes de ce fail assez monumental...(Source)

 

toshiba western digital fabs yokkaichi

Les usines de Yokkaichi vues de haut.

 Une assez longue coupure de courant dans l'usine majeure Toshiba/WD à Yokkaichi risque de (leur) coûter bien cher ! 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 35 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !