Dernièrement, Microsoft a apporté quelques clarifications quant aux processus et types de mises à jour distribuées régulièrement chaque mois. Une tentative aussi afin de nous expliquer un peu mieux l'ampleur de son opération et donc que même s'il y a parfois encore quelques dérapages provoqués par l'une ou l'autre mise à jour, les problèmes seraient comparativement et proportionnellement assez rares. Selon Microsoft, la quantité de mise à jour distribuée serait de 1000 par seconde, soit près d'un milliard d'appareils par mois; un chiffre qui inclut Windows 10, mais aussi chaque version de Windows profitant encore d'un support - y compris Windows XP que certaines compagnies ont préféré continuer à utiliser.

 

L'un des jours les plus importants du mois pour Microsoft est le fameux Patch Tuesday ou Update Tuesday, le second mardi de chaque mois lors duquel sont distribués les patchs cumulatifs pour Windows 10 comprenant tous les correctifs - de sécurités et autres -  publiés précédemment afin de prévenir autant que possible la fragmentation du parc informatique. C'est aussi ce que les ingénieurs de Microsoft qualifient de "B release" et est envoyé le second mardi du mois aux alentours de 10h du matin (heure du Pacifique) également pour laisser suffisamment de temps aux entreprises pour tester, puis déployer les mises à jour.

Par contre, il existe en parallèle aussi les périodes de distributions "C" et "D". Contrairement à "B", ces mises à jour, certes validées par Microsoft, sont encore optionnelles et se destinent avant tout aux clients professionnels et autres utilisateurs plus avisés dans le but de tester les correctifs - hors correctifs de sécurité - à venir lors du prochain Patch Tuesday. Pour y avoir accès, il suffit de vérifier manuellement la disponibilité de mises à jour en appuyant sur le bouton approprié dans les paramètres Windows Update. En attendant, cela signifie toutefois aussi qu'une machine pourrait ainsi remplir le rôle de testeuse "malgré elle" si la recherche manuelle est effectuée par un utilisateur non averti, et au lieu d'attendre la mise à jour en push.

Microsoft peut naturellement aussi passer outre cet emploi du temps préétabli si la situation l'ordonne, c'est le cas notamment s'il s'agit de distribuer des mises à jour de sécurité le plus rapidement possible; ce serait toutefois rarement le cas. Similairement, Microsoft affirme aussi fournir parfois des correctifs avant même que le problème concerné ne soit connu publiquement (et l'on n'en espérerait pas moins, non ?).

 

Microsoft réaffirme également que chaque mise à jour mensuelle distribuée massivement fait l'objet d'un processus rigoureux de test et de validation, au gré d'un ensemble d'activités plus ou moins automatisées : Pre-release Validation Program, Depth Test Pass, Monthly Test Pass, Windows Insider Program, Security Update Validation Program. Sans oublier la phase de support et de suivi réalisée après chaque distribution.

Bien sûr, comme on a pu le constater encore récemment avec la poignée de bugs qui avaient été provoqués par l'Octobre 2018 Update, aucun système n'est jamais parfait, des ratées se produisent et existeront probablement toujours pour cette machinerie finalement souvent complexe qu'est un OS (tout court), et c'est fort probablement le message que Microsoft a ici cherché à faire passer. (Source : Windows Blog, via HotHardware)

 

windows fixed cle main

 Comme attendu, Microsoft et les mises à jour, c'est une usine à gaz, certes assez bien huilée en apparence, mais pas moins complexe.  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 18 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !