Il fallait un peu s'y attendre après le retrait de PayPal du projet de cryptomonnaie de Facebook, il suffit parfois d'un seul exemple pour montrer le chemin vers la sortie, même si les membres concernés aujourd'hui avaient déjà fait part de leurs hésitations bien avant le départ du célèbre système de paiement en ligne. Toutefois, il est fini le temps des incertitudes pour Mastercard et Visa, mais aussi eBay, Stripe et Mercado Pago ! Ces 5 compagnies ont quasi simultanément mis fin à leur promesse de participation et contribution à la Libra Associaiton, le groupe fondé autour du projet de monnaie virtuelle Libra.

 

Ebay mis à part, ces compagnies sont toutes de très gros acteurs du monde du paiement, ce qui fait que la Libra(nanas) Association se retrouve désormais sans aucun représentant majeur de ce secteur parmi ses membres - ceux encore présents étant surtout des groupes de capital-investissement et des compagnies actives dans la télécommunication, blockchain et technologie - dont le groupe français Illiad. Lors d'une tribune dans un journal français, Xavier Niel a d'ailleurs partagé sa vision sur l’existence inéluctable de Libra en dépit de l'opposition des États, et que selon lui la France doit se situer au cœur de cette évolution.

 

Bien sûr, face à l'opposition américaine et européenne à Libra, aux promesses de blocage de Libra en Europe par l'Allemagne et la France, et les menaces d'examens minutieux des autorités de régulations dans le monde, personne ne sera surpris de voir les compagnies dont le fonds de commerce sont les transactions financières en tout genre être parmi les premières à quitter le navire - sans doute principalement par crainte que les autorités mettent encore plus le nez dans leurs p'tites affaires ou encore de se retrouver embourbées dans une affaire dont ils se seraient bien passé. Trois jours plus tôt, des sénateurs américains avaient d'ailleurs envoyé un courrier aux menaces sans ambiguïté à Visa, Mastercard et Stripe :

 

If you take this on, you can expect a high level of scrutiny from regulators not only on Libra-related payment activities, but on all activities" - Sherrod Brown, Brian Schatz, sénateurs démocrates US. 

 

De son côté, le cocréateur du projet de Facebook, David Marcus (un ancien cadre de PayPal) s'est montré rassurant en tempérant la chose et son impact sur l'avenir de Libra via Twitter :

 

 

Sherrod Brown, le sénateur américain, quant à lui a accueilli la nouvelle les bras ouverts : 

 

 

Malgré tout, Libra ne lâchera pas l'affaire et compte bien poursuivre son plan initial, notamment celui de constituer officiellement l'association (avec les membres restants); c'est en tout cas ce qu'a affirmé le responsable des politiques et de la communication de Libra, Dante Disparte.

 

 

Pour le moment, le lancement est toujours encore planifié pour juin 2020, mais qui sait quels obstacles se présenteront encore en chemin d'ici là ? En tout cas, il parait évident que les deux plus gros problèmes du projet Libra sont d'une part son origine Facebookienne, et de l'autre son ambition de réformer/moderniser le système monétaire en place - deux points "noirs" qui visiblement refroidissent bien du monde, dont les classes politiques, mais peut-être pas toujours pour les mêmes motifs. On verra bien...(Source)

 

libra association suisse

 5 départs majeurs en plus du groupe du projet Libra de Facebook. Contentement d'un côté et résistance de l'autre, comment l'affaire va-t-elle se poursuivre ? 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 13 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !