Actuellement, la mémoire NAND flash utilisée sur les smartphones et tablettes utilise l'architecture eMMC qui regroupe au sein d'un même package les puces de mémoire et le contrôleur. Cette architecture commence à être vieillote puisqu'elle est basée sur le standard MMC qui date de 1997 avec les cartes du même nom. Depuis quelques années, le standard UFS est en développement pour lever de nombreuses limitations. Et justement, Samsung et Xiaomi prévoieraient son utilisation pour leurs prochains smartphones haut de gamme.

 

Au programme de l'UFS V2.0, des débits séquentielles jusqu'à 1,2 Go/s contre les 400 Mo/s de l'eMMC en version 5.0. L'UFS utilise une architecture de type SCSI avec une interface série (LVDS) en lieu et place de l'interface parallèle de l'eMMC. Ce qui va donc permettre un fonctionnement full duplex pour pouvoir écrire et lire des données en même temps, avec une latence bien plus faible. L'UFS supporte le Command Queuing qu'on connaît bien sur les SSD pour créer une file d'attente des données à lire et à écrire, déchargeant ainsi l'OS.

 

Si l'UFS permet de réduire la consommation en lecture et écriture, l'eMMC conserve une consommation inférieure pendant les phases de repos et de sommeil. Le prix d'une mémoire UFS est également plus élevée et sera donc réservée, dans un premier temps, aux appareils haut de gamme. Pour profiter des débits élevés, la démocratisation de l'USB 3.0 sur les appareils mobiles sera donc bienvenue. (Source : ETNews)


ufs_vs_emmc.jpg

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 6 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !