AMD a donné hier soir à 22 heures dans notre beau pays surtaxé des informations sur la nouvelle génération que nous connaissons en tant que Zen. Il s'agissait réellement pour la firme de présenter plus que d'expliquer, et de faire taire quelque part les critiques et rumeurs qui l'annonçait incapable de tenir ses engagements pour Q1 2017. Il ne faut pas oublier que la présentation technique avait déjà eu lieu l'été dernier, et nous avions à cette occasion fait un récap pour voir quels étaient les changements, que vous pouvez retrouver via ce lien. Bien que des leaks aient fait surface, nous attendions la conférence vue pour vous scinder ce billet en deux moments importants : avant et après New Horizon.

 

amd ryzen puce

 

Ce qu'on savait avant New Horizon

Notre confrère VC avait lâché le morceau, la nouvelle génération nommée Zen par les ingénieurs devenait RYZEN pour le grand public. Il n'a été fait mention que du flagship à 8 coeurs et 16 threads, ayant 4Mo de L2 et 16Mo de L3 soit 20Mo de cache en tout, avec des fréquences de 3,4 GHz +, le tout sur un TDP de 95W. Ce plus cache en fait la technologie SenseMI qui permet au processeur d'outrepasser ces 3,4 GHz selon ce que vous faites, et selon surtout un ensemble de technologies maison, nous y reviendrons avec les explications de Lisa Su plus bas. Voilà en gros qui confirmait les données publiées par Dresdenboy sur l'avancée de la montée en fréquence des samples.

 

amd zen prez decembre2016Loupé, c'était 22 heures !

 

Ce que nous a dit Lisa Su lors de New Horizon

La conférence s'est ouverte par l'arrivée en rock star sans veste cuir de Madame la Docteur Lisa Su. Non ce n'est pas en infirmière sexy qu'elle est apparue, mais en docteur des sciences ! Tout d'abord elle a clamé son amour pour le gaming PC, et rappelé quelques moments importants de la boite.

 

C'est ainsi en rappelant les belles heures du T-Bird ou des HD 4850/4870 qu'elle a enchaîné par le fait que ce 13 décembre était une date importante. RYZEN est donc confirmé, ainsi que les specs globales du flagship. Elle est également revenue sur le SenseMI. En fait il s'agit de gérer la fréquence du processeur, sa consommation, et même sa faculté à apprendre de votre usage grâce à l'incorporation au sein du die de centaines de capteurs.

 

A l'aide de ces derniers, le CPU serait en mesure de monter en fréquence par paliers de 25 MHz -les puces actuelles grand public sont sur des paliers de 100MHz- tout en conservant sa consommation, grâce à la meilleure gestion des files. C'est pourquoi RYZEN a une fréquence de 3.4 GHz en pointe normale, et peut grimper au-delà grâce à SenseMi Technology. Il nous semble évident que chaque puce aura plus ou moins de facilité à grimper, elles devraient être différentes sur ce potentiel d'overclocking automatique. Lisa Su a précisé que chaque coeur était indépendant des autres sur cette gestion par SenseMI. Autre point capital : ce boost peut être encore plus élevé selon votre type de refroidissement : aircooling, watercooling et LN².

 

AMD SenseMI technology [cliquer pour agrandir]

 

Sans vraiment être entré dans les détails, derrière SenseMI se cachent 4 approches différentes : la courbe classique de turbo / des fréquences gérée par les algos Pure Power et Precision Boost dans l'optique désormais classique de caser un max de perfs dans une enveloppe thermique définie. L'XFR, ou Extended Frequences Range, gère lui la partie de la courbe de fréquence ajustée en fonction du refroidissement, on suppose en fonction des mesures relevées par les diodes internes à la puce, surplus de MHz qui vient en rab' des deux premiers mécanismes.

 

Enfin Smart Prefetch comme son nom l'indique joue sur l'anticipation des instructions à exécuter en les préchargeant, jusque-là rien d'extraordinaire. Il s'appuie sur Neural Net Prediction pour affiner cette prédiction que le fondeur décrit comme assimilé un réseau neuronal, donc a priori plus adaptif que les Prefetch que nous connaissons dans les CPU actuels. RYZEN promet donc d'être très intelligent et devrait arriver à vous piquer votre 4h si vous n'y prenez pas garde. Trêve de plaisanteries, aucun détail sur cette techno, aussi nous attendons impatiemment de jeter nos petits doigts boudinés dessus.

 

madmax guitare

Des logos et des acronymes c'est bien, mais quand est-ce qu'on voit comment ça envoie ?

 

He bah oui la bonne question. Ben justement on a eu droit ensuite à une démonstration sur Blender et HandBrake : un Ryzen à 3.4 GHz et ayant un boost automatique bloqué a été comparé à un Broadwell-E 6900K dont la fréquence de base est 3.2 GHz. Si sur Blender les deux puces étaient à égalité quasiment avec peut-être une à deux secondes de plus pour l'Intel, RYZEN mettait 5 secondes sur HandBrake à son concurrent sur un temps d'encodage relativement court, 54 contre 59s, le tout avec une consommation de jus d'électrons similaire. Un BF1 4K était également en démo sous un SLi de Titan X (tant qu'à faire causer! ) sur ces mêmes plateformes pour attester d'une tenue en performance côté ludique là aussi au rendez-vous, bien que le framerate n'eut point été convié à la petite sauterie (FRAPS où es-tu ?)

 

D'autres démonstrations succinctes se sont enchaînées sur des machines à base de Ryzen, sans toutefois en montrer les entrailles ni même nous prouver l'équité des configurations. Là dessus Robert Hallock a présenté de la VR, tandis qu'il a continué avec un comparatif visuel de performances sur DOTA2. Avec les détails à fond, il était question de jouer et de streamer en même temps : la machine à base de Core i7 6700K laggant à fond alors que celle à base de Ryzen pas du tout ! Soit...

Pour clôturer ce chapitre, c'est un PC qui faisait tourner le DLC Rogue One de Star Wars Battlefront qui était aux affaires. L'intérêt était dans le matos : RYZEN et VEGA. On dira que la démo fut peu concluante et très courte, une trentaine de secondes du petit vaisseau dans l'espace.

 

Alors, qu'en retenir ?

Il semble qu'AMD ait -enfin- réussi à tenir en partie ses promesses, du moins sur ce qui nous a été montré. Selon Lisa Su, la firme envisageait 40% d'IPC en plus, elle a juste déclaré qu'elle avait dépassé ce chiffre... Mais sans rien préciser de nouveau. Cette présentation était juste là pour poser les bases globales techniques, et montrer que la puce existait réellement, était fonctionnelle, et sera peut-être bien là au plus tard au mois de mars (AMD maintient son Q1 2017).

 

Bien que l'ambiance générale virait à la foire à l'onanisme, avec un public peu nombreux et tout acquis, corvéable et capable de lâcher tout plein de Wouhouuuuu,  nous sortons de là un petit peu plus rassurés, mais pas complètement puisque les tests montrés étaient forcément orientés pour mettre RYZEN en avant. C'est de bonne guerre et on attendra nos tests pour tirer une vraie conclusion. Néanmoins on sent que ça va être sympa à suivre ce duel AMD/Intel en 2017, car comme l'a dit Lisa Su, AMD est de retour sur le secteur High End Desktop. Et ça ne peut que nous faire plaisir !

 La conférence New Horizon a accouché d'une souris, mais le plus important était de montrer RYZEN : ce fut fait ! 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 116 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !

 

Test • GeFORCE GTX 1070 Ti

Tueuse de VEGA ?   En mai 2016, NVIDIA lançait son architecture Pascal destinée aux joueurs via un premier GPU, alias GP104. Deux cartes graphiques furent c...

 

Test • RADEON RX VEGA 56

Un VEGA 10 plus pertinent ?   Après avoir laissé NVIDIA seul maître du segment haut de gamme pendant près de 15 mois, AMD a enfin lancé mi-août son nouv...

 

Test • Intel Z370 / Core i7-8700K / i5-8400 / i3-8350K

Coffee Lake, l'anti Ryzen d'Intel ?   Durant les années 2000 et consécutivement à l'échec de Netburst, Intel a mis en place la stratégie du Tick Tock, co...